CIRM Manca 2013

Compositeurs et interpr�tes

« Retour page précédente

BIOGRAPHIE DE LUCIANO BERIO

24/10/1925 Oneglia / Rome Italie - 26/05/2003

Compositeur

Luciano Berio étudie la musique au Conservatoire Verdi de Milan où il suit les cours de Paribene et Ghedini pour la composition et ceux de Votto et Giulini pour la direction d’orchestre. En 1955, il fonde avec son ami Bruno Maderna le studio de phonologie de la R.A.I (Radio-télévision italienne) à Milan. A partir de 1960 il donne des cours à Darmstadt, à Dardington, au Mill’s College (Californie), à Harvard, à l’université Columbia. Il s’intéresse au rock et au folk, leur consacrant des essais et les mêlant dans le creuset de sa musique, laquelle est une musique libre, sans frontières. Berio a sondé, d’abord dans la clarté de l’intuition, puis prudemment, lucidement, des domaines originaux et longtemps oubliés de notre culture occidentale, en particulier celui de la voix.
Il libère une expression verbale souvent affective, spontanée, immédiatement descriptive : murmures, cris, souffles, pleurs, bruissements, onomatopées attachées à la vie corporelle.
Circles (1960) ou encore la série des séquences, pour instruments solistes, inventent dans un jeu de manipulations et de métamorphoses, des formes nouvelles, et il en va de même pour la série parallèle des Chemins. Voix ou instruments sont poussés à l’extrême limite de leur virtuosité, arrachés à leur tradition, élargis. Epifanie (1961), suit la même évolution : textes de poètes, écartelés, au bord du tragique. Harmoniste raffiné dans Folk Songs, Berio se montre en maître de la technique de la variation dans la série des Chemins, où des commentaires variés à l’infini laissent apparaître des " collages ". Passaggio (1962), Laborintus II (1965), Recital I (1972) sont des approches très personnelles du théâtre musical. En effet, il semble être imprégné de tout ce qui vit, pour le laisser réapparaître tôt ou tard. Coro (1976) est sans doute l’un des sommets de son œuvre, une anthologie de l’homme, de son aventure et de son paysage intérieur.
A la fin des années 70, Berio intègre la première équipe de l’IRCAM. Jusqu’en 1980, il assume le poste de responsable de la musique électroacoustique avant de créer un nouveau studio à Florence, Tempo reale, dont il est le directeur.
Il ne cesse de dialoguer avec l’histoire musicale, en faisant des orchestrations de pièces de Mahler ou Brahms, reconstruit la 10ème Symphonie de Schubert (Rendering) ou l’Orfeo de Monteverdi (Orfeo II), et fait des allusions stylistiques et des citations directes dans ses propres œuvres, technique déjà manifeste dans la Sinfonia de 1968.
Source : IRCAM

One of Italy's greatest avant-garde composers, Luciano Berio was born in 1925 to a musical family that eagerly guided him into the world of composition. He studied at Milan until 1951, and then set upon a long career of living alternately in Italy and the United States, studying under various modernist masters, and forging his own unique style. In 1950 he married American singer Cathy Berberian, and wrote many of his pieces for her voice. From 1955 to 1960, he directed the "Studio di Fonologia Musicale," a center for electronic music which he and Bruno Maderna had founded at RAI (Italian Radio). After another decade of living in America, he returned to Italy and founded "Centro Tempo Reale," an institute for music research which drew together musicians and computer science experts, in order to advance and explore new forms of composition. In 1982 he became Musical Director of the newly founded Regional Orchestra of Tuscany. In 1984 he was Artistic Director of the Maggio Musicale in Florence. In 1988 he became an Honorary Member of the Royal Academy of Music, London. He has also been awarded the prestigious Siemens Prize.
Of the same generation as Cage, Boulez and Stockhausen, Berio pioneered modernism in music and the use of electronics to explore new musical frontiers. He employed a myriad of idioms and techniques during his long and prolific career, specializing in works for the voice, "chance" music, serialism, electronic music, and most famously, a series of virtuoso solo pieces called "Sequenzia." He was also fascinated with literature, particularly twentieth century modernism and postmodernism. Berio passed away in Rome in 2003, his compositions are performed regularly throughout the world.
Source : http://www.themodernword.com/joyce/music/berio.html AND www.Thing.net


Contexte CIRM

  • Programmation :
    • dans le cadre du Festival MANCA 2000 "Portraits croisés" : "Ekphrasis" en CREATION FRANCAISE, dimanche 5 novembre 2000, Opéra de Nice, par l'Orchestre Philharmonique de Nice, direction Marcello Panni. En présence de Luciano Berio.
    • dans le cadre de Musique au Musée 2001/2002 : "Gesti", jeudi 7 février 2002, Musée Marc Chagall (Nice), par Antonio Politano.
    • dans le cadre du Festival MANCA 2009 "Continuons d'aller plus loin ?" : "Linea", pour 2 pianos, vibraphone et marimba, jeudi 19 novembre 2009, au Conservatoire à Rayonnement Régional de Nice, par le Quatuor Face à face.



Notices des oeuvres de cet artiste disponibles sur le site



Derni�re mise � jour le 30/05/2011 Extranet artiste
Pr�sentation Activit�s Au Fil Des Jours Ressources

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Bookmark and Share



 

Design by WEBSTORE 2011