CIRM Manca 2013

Les dernières actualités du CIRM

« Retour page précédente

LE CAS JEKYLL

Le cas Jekyll de François PARIS

Année de composition : 2017 - 2018
Durée : 60.00 minutes

Formation :

Opéra de chambre pour quatuor, baryton et électronique. Livret de Christine Montalbetti.

Contexte CIRM

  • Coproduction l’Arcal / ProQuartet Centre européen de musique de chambre Paris / CIRM.
  • Aide à l'écriture d'une oeuvre musicale originale 2017
  • du 19 au 23 mars, du 4 au 22 juin, du 3 au 21 septembre, du 22 octobre au 9 novembre, François Paris dans les studios du CIRM avec Camille Giuglaris, RIM.

  • Création : le 9 novembre 2018 au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines
  • Reprises : le 7 decembre 2018, dans le cadre du Festival MANCA "Prima la musica", Salle Jedrinsky-Diacomie, Nice.

Notice :

Une création de l'Arcal, cie de théâtre lyrique et musical
direction artistique Arcal - Catherine Kollen

Mise en scène de Jacques Osinski.
Quartetto Maurice

Vidéo et scénographie Yann Chapotel
lumières Catherine Verheyde
costumes Hélène Kritikos
direction des études musicales Rachid Safir
Ingenieur du son dispositif électronique Camille Giuglaris (CIRM)


Avec
Jean-Christophe Jacques, baryton : Jekyll / Hyde

Quartetto Maurice
Georgia Prvitera, violon
Laura Bertolino, violon
Francesco Vernero, alto
Aline Privitera, violoncelle


Production Arcal, compagnie nationale de théâtre lyrique et musical
Coproduction Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines Scène nationale, Théâtre 71 Scène nationale de
Malakoff, CIRM Centre National de Création Musicale, ProQuartet
Soutien Arcadi Île-de-France, Fonds de création lyrique (FCL), Département des Yvelines


Monologue inspiré par la nouvelle Dr Jekyll et Mr Hyde de Robert Louis Stevenson, cette pièce de théâtre est adaptée en livret et mise en musique pour la première fois par l’Arcal, donnant à entendre comment la voix sourde de Hyde, ce « gnome hilare », finit par coloniser la voix tranchée, nette et scientifique de Jekyll.
Mais n’est-ce pas la volonté même de trancher dans l’homme ce qui est indissociable qui a engendré le « monstre »?
Magnifique terrain de jeu pour un compositeur et un metteur en scène, où les voix surgissent des profondeurs de l’être, et où on ne sait plus très bien qui parle et d’où ça parle. Issu des dernières recherches technologiques du CIRM, le traitement musical permet ainsi une résonnance à travers de nombreux corps de la voix de Hyde.




Note d'intention de François Paris

Il est des propositions qui, dans la vie d’un compositeur, arrivent, comme par magie, au moment exact où l’envie de faire correspond au projet proposé.

Après Maria Republica (production Angers-Nantes Opéra créée le 19 avril 2016) et avant de m’atteler à une autre grande forme lyrique, j’avais décidé d’approfondir mon expérience du théâtre musical tout en travaillant sur quelque chose de très différent. Ce contraste dans l’enchainement des projets me paraissait souhaitable afin d’une part d’éviter de trop nombreuses redites rendues sûrement inévitables par la trop grande proximité de l’ouvrage précédent tout en me permettant, d’autre part, d’explorer avec gourmandise de nouveaux territoires du paysage lyrique.

Il me fallait donc m’atteler à un projet résolument différent que j’imaginais ainsi : projet court, (pas plus d’une heure) petite formation, (4 ou 5 musiciens sans chef) un chanteur (voix d’homme puisque Maria Republica comptait 6 rôles féminins contre un seul petit rôle masculin) et un dispositif technologique innovant me permettant de continuer à développer ce qui avait été réalisé pour l’opéra précédent.

Si la proposition qui m’a été faite par Catherine Kollen et l’Arcal répondait à la totalité de mes préoccupations énoncées plus haut, il restait cependant la question centrale du livret et du contexte dramaturgique à traiter. Cette question essentielle restait pourtant pour moi assez floue jusqu’à la proposition de Catherine de travailler sur Le Cas Jekyll.

Je ne connaissais pas le très beau texte de Christine Montalbetti, je dois avouer que je ne savais pas que ce texte avait été maintes fois représenté et mis en scène au théâtre par Denis Podalydès et j’ai donc lu ce texte sans aucun a priori avec pour seule et unique préoccupation : ce texte peut-il devenir un opéra ? La réponse est oui !

Il y a des immémoriaux dans le domaine de l’opéra, le thème du double en fait partie (Cosi fan tutte de Mozart pour ne citer qu’un exemple prestigieux). Il s’agira donc pour moi d’explorer cette thématique avec mes moyens musicaux. En cela je poursuivrai et approfondirai ce que j’ai déjà abordé dans ma musique instrumentale : Lecture d’une vague où la flutiste se démultiplie en cinq reflets d’elle même, Oxymore, solo pour deux percussionnistes. J’ai aussi traité de ce sujet dans mon ballet Les Arpenteurs (scène finale où une cellule se démultiplie à l’infini sur elle même) ainsi que furtivement dans Maria Republica où au tableau 7 Maria «se dédouble» grâce à la technologie.

Un quatuor à cordes est déjà a priori une formation qui porte en son sein la tentation du dédoublement. Les moyens technologiques associés à la voix de baryton et à cette formation instrumentale me paraissent constituer une palette prometteuse pour aller à la rencontre de Jekyll et donc aussi de Hyde…

François Paris







(photo : Jean-Christophe Jacques © Maciej Kotlarski | Yann Chapotel)



Pour en savoir plus

https://www.arcal-lyrique.fr/spectacle/le-cas-jekyll/



Extranet artiste Dernière mise à jour le 10/07/2018
Présentation Activités Au Fil Des Jours Ressources

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

GET FLASH





 

Design by WEBSTORE 2011