CIRM Manca 2013

Les dernières actualités du CIRM

« Retour page précédente

TRANS

Trans de Karlheinz STOCKHAUSEN

Année de composition : 1971
Durée : 26.00 minutes

Formation :

Pour orchestre et électronique

Contexte CIRM



Notice :

"Dans la nuit du 9 au 10 décembre 1970, j'ai rêvé de "Trans". Le lendemain matin, j'ai noté ce que j'avais vu et entendu en rêve. J'ai rapporté cet événement à Otto Tomek qui m'a rappelé peu de temps après pour me demander si je pouvais composer cette pièce pour les Donaueschinger Musiktage-1971.
En mai et en juin 1971, sur l'initiative d'Otto Tomek, quelques expériences ont été effectuées à la Südwestfùnk de Baden-Baden en ce qui concerne la disposition, l'éclairage et; la technique particulière du jeu, et j'ai écrit la partition de la mi-juillet à la mi-septembre 1971".

TRANS est exécuté sur une scène de théâtre. Les instrumentistes sont placés comme suit : vingt instrumentistes à cordes sont assis aussi près l'un de l'autre que possible, en une rangée, sur le devant de la scène, de l'extrême gauche à l'extrême droite ; vingt autres sont assis directement derrière eux, aussi près l'un de l'autre, occupant les intervalles, sur une estrade haute d'environ 45 centimètres.
Les Groupes 1-IV sont assis derrière eux, au fond de la scène, de gauche à droite ; le chef d'orchestre est assis au milieu, directement derrière les cordes, et il dirige les quatre groupes. Derrière son dos se trouve un écran noir. Les Groupes I-IV et le chef d'orchestre ne sont pas visibles de la salle. Au début de la représentation, le rideau est fermé, l'éclairage de la salle s'éteint. Le rideau s'ouvre très lentement en une minute environ (ou éventuellement encore plus lentement). La scène entière est baignée dans une lumière rouge-violette brumeuse. Cette couleur est difficile à décrire; celle qui s'en rapproche le plus est celle des premiers moments d'un lever de soleil au Pôle Nord - vu d'avion - ou la lumière rouge-violette sur l'horizon de la mer, vers la fin d'un coucher de soleil, par ciel dégagé. Pour obtenir cet effet de couleur, on a besoin, dans les théâtres, d'un fin rideau de gaze (dont la texture doit être aussi peu visible que possible), éclairé de la rampe avant par des lampes violettes.
Pendant que le rideau s'ouvre, les ins-trumentistes à cordes commencent à jouer l'un après l'autre. Ils ont tous la même posture et le même coup d'archet, qu'ils conservent jusqu'à la fin de la représentation. Ils sont assis, figés ; seul leur bras droit se meut extrêmement régulièrement avec l'archet. Les changements d'archet doivent être absolument synchrones. Le coup d'archet doit être aussi lent que possible. Chaque note com-mence par un coup d'archet ascendant.
Tous les instrumentistes à cordes jouent en habit noir, les dames en robe de soirée noire.
Tout l'orchestre est synchronisé à l'aide d'une bande magnétique sur laquelle sont enregistrés des sons de métier à tisserAu dernier "coup du temps", le rideau se ferme lentement et les cordes cessent de jouer l'une après l'autre. Une fois le rideau complètement fermé, on entend encore au loin pendant un moment, les derniers sons des cordes dans l'aigu. Alors, pendant un moment, le silence et l'obscurité demeurent. L'éclairage de la salle s'allume lentement.





Extranet artiste
Présentation Activités Au Fil Des Jours Ressources

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

GET FLASH





 

Design by WEBSTORE 2011