CIRM Manca 2013

Les dernières actualités du CIRM

« Retour page précédente

M

M de Philippe LEROUX

Année de composition : 1997
Durée : 15.00 minutes

Formation :

Pour deux pianos, deux percussions et électronique

Editeur

Editions Gérard Billaudot

Contexte CIRM


Notice :


Commande du Südwestfunk de Baden-Baden et de l'Ircam.

Cette pièce a été réalisée à l'Ircam et crée par l’Ensemble Ictus au Festival de Donaueschingen en 1997.
Pour sa réalisation en concert, cette pièce nécessite 2 claviers midi qui sont joués par les pianistes. Ces claviers déclenchent des séquences de sons stockés sur le disque dur d'un ordinateur. Tous les sons utilisés dans la partie électronique sont issus soit de resynthèse de fragments sonores provenant d’un piano, soit d’enregistrements de sons de marimba, de vibraphone, de glockenspiel ou de piano préparé. L’œuvre exploite  aussi beaucoup les composantes bruiteuses du son apparaissant lors des analyses. Cette « poésie du bruit » est sans cesse mise en regard avec une harmonie, dont la consonance n’a pour but que de mieux mettre en relief l’antinomie  qui résulte de cette confrontation.

Pour réaliser la partie électronique de cette oeuvre, Philippe Leroux a particulièrement utilisé le logiciel "diphone" développé à l'Ircam par Xavier Rodet et Adrien Lefèvre.
"Diphone" a permis de réaliser de puissantes interpolations (partiels par partiels) entre différents fragments de résonances de pianos resynthétisées par analyse-synthèse additive, ou entre des fragments de résonances de piano et des itérations de marimba ou de vibraphone.

Il est possible de résumer la conduite musicale de cette œuvre ainsi : des actions sonores (élans, courses, chutes, pulsions, pulsations...) combinées comme des formules (procédé utilisé dans les musiques traditionnelles par exemple dans le chant grégorien) et s'inscrivant
dans une matière (échelles ou accords issus d'analyses spectrales, timbres, densités, vitesses, lignes simples ou superposées, plans dynamiques...) sont mises en mouvement par des processus de transformation plus ou moins continu (compression/dilatation, accélération/ralentissement, glissement de hauteur ou de timbre,déphasage/remise en phase, accumulation/filtrage, substitutions, émergence/submergence, mimétismes...) dont les bornes (débuts et aboutissements des processus, fixations, cadences, paliers, tonulations, changements d'échelles-harmonie, axes de miroir, articulations diverses...)  définissent les différents cadres du parcours (d'où l'on part/où l'on va).

Philippe Leroux





Extranet artiste Dernière mise à jour le 12/06/2009
Présentation Activités Au Fil Des Jours Ressources

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

GET FLASH





 

Design by WEBSTORE 2011