CIRM Manca 2018

Les dernières actualités du CIRM

« Retour page précédente

TESSERAE

Tesserae de Christopher Trapani

Année de composition : 2018
Durée : 14.00 minutes

Formation :

Pour viole d'amour et électronique

Contexte CIRM

  • Christopher Trapani en résidence dans les  studios du CIRM avec Camille Giuglaris, RIM et ingénieur du son, pour la partie électronique de "Tesseræ", du 26 au 30 mars 2018.

Notice :

Tesseræ (2017) est une œuvre pour viole d'amour et électronique, inspirée de plusieurs instruments traditionnels à archet : le kemençe d'Istanbul, le sarangi indien et la lyre de Crète, plus précisément le modèle aux cordes sympathiques défendu par Ross Daly. La viole d'amour - une aberration dans la tradition occidentale, en ce sens qu'elle conserve un ensemble de cordes sympathiques - a fourni une occasion inhabituelle d'explorer des idées sur l'accord microtonal et sa relation avec la résonance naturelle de l'instrument.

Tesseræ est aussi le fruit d'une rare collaboration étroite avec un interprète dévoué : Marco Fusi ; d'abord à Rome puis au CIRM à Nice, expérimentant l'accord et la notation, étudiant les minuties d'expression et d'ornementation, explorant la résonance électronique et acoustique, affinant et améliorant constamment une vision partagée de la pièce.

Le vocabulaire de la partie solo est délibérément restreint, presque entièrement limité à un mouvement monophonique et conjoint. Des lignes longues et expressives sont assemblées à partir de fragments microtonaux - pas des modes traditionnels pour la plupart, mais de manière similaire - des collections d'emplacements qui pourraient être des morceaux de makam ou de raga, si seulement les choses s'étaient développées différemment. Dérive des centres tonals; des drones émergent, puis modulent ...

Avec une attention obsessionnelle pour l'articulation et le détail, j'ai cherché à imiter le langage gestuel des maîtres, ainsi que les détails coloristiques de leurs sonorités. Une sourdine en bois spécialement mise au point recentre le son, filtre le timbre et modifie l'équilibre entre les cordes cintrées et sympathiques, dont plusieurs sont prêts à bourdonner en hommage ou en imitation des ponts javari sur des instruments indiens. L'électronique souligne ces phrases avec des nuages ​​d'échantillons réaccordés, des échos canoniques et une résonance virtuelle qui imite les cordes sympathiques de la viole d'amour.

Christopher Trapani




Tesseræ (2017) is a work for viola d'amore and electronics that draws inspiration from several traditional bowed instruments: the kemençe from Istanbul, the Indian sarangi, and the lyra from Crete—specifically the model with sympathetic strings championed by Ross Daly. The viola d'amore—an outlier in the Western tradition, in that it retains a set of sympathetic strings—provided an unusual opportunity to explore ideas about microtonal tuning and its relationship to the instrument's natural resonance.

Tesseræ is also the fruit of a rare close collaboration with a dedicated performer. Marco Fusi and worked closely, first in Rome and later at CIRM in Nice, experimenting with tuning and notation, studying the minutiae of expression and ornamentation, and exploring electronic and acoustic resonance, constantly refining and improving a shared vision of the piece.

The vocabulary of the solo part is deliberately restrained, almost entirely restricted to conjunct, monophonic motion. Long, expressive lines are assembled from microtonal fragments—not traditional modes for the most part, but similarly-derived collections of pitches that could be bits of makam or raga, if only things had developed slightly differently. Tonal centers drift; drones emerge, then modulate...

With obsessive attention to articulation and detail, I sought to emulate the gestural language of the masters, as well as coloristic details of their sonorities. A specially-commissioned wooden mute refocuses the sound, filtering the timbre and altering the balance between the bowed and sympathetic strings—several of which are prepared to buzz in homage or imitation of the javari bridges on Indian instruments. The electronics underscore these phrases with clouds of retuned samples, canonic echoes, and virtual resonance that mimics the viola d’amore’s sympathetic strings.

Christopher Trapani







Extranet artiste Dernière mise à jour le 11/04/2018
 
Présentation Activités Au Fil Des Jours Ressources

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Flash



 

CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
Tél 04 93 88 74 68 - fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

[ Envoyer à un ami ] [ Imprimer ]


 

Enhanced by D.B.L. 2019