CIRM Manca 2013

Les dernières actualités du CIRM

« Retour page précédente

FIGURES LIBRES

Figures libres de Philippe HUREL

Année de composition : 2001
Durée : 16.00 minutes

Formation :

Pour flûte, hautbois, clarinette, violon, alto, violoncelle, percussion et piano

Editeur

Editions Lemoine

Contexte CIRM

  • Programmée dans le cadre de "Musique au Musée", par l'Ensemble Apostrophe, direction Attilio Tomasello, jeudi 12 juin 2003 à 20h30, au Musée Chagall (Nice).

Notice :

Création le 18 mars 2001 à la Philharmonie de Berlin, par l'Ensemble Recherche
Lucas Vis : direction
Cette série de pièces comprend Pour Luigi, ...à mesure, Tombeau et Figures libres.

Figures libres est une commande de mes amis Barbara et Luigi Polla qui me suivent depuis une dizaine d'années dans mon travail, et dédiée à leur fille Rachelle Isadora Polla. Cette commande, destinée à l'Ensemble Recherche, clôt d'ailleurs un cycle pour moi, un cycle essentiellement axé sur des préoccupations d'ordre rythmique dont Pour Luigi marquait le commencement et qui s'achève aujourd'hui avec Figures libres.


Presse
Quelle est votre relation avec les musiciens pour lesquels vous écrivez ?

Même en restant fidèle à sa propre musique, je trouve passionnant de se mettre à la place des gens qui créent la pièce, tout en sachant qu'elle sera reprise plus tard par d'autres musiciens. Quand je compose, j'ai un rapport sentimental et instrumental aux gens pour lesquels j'écris. Ainsi, de façon très inconsciente, mon écriture a changé.
J'ai composé ici comme je le fais rarement pour les cordes, c'est-à-dire, avec un foisonnement de notes, de figures, de virtuosité alors qu'il s'agit habituellement dans ma musique d'un traitement plus volontiers dévolu aux bois et aux percussions. C'est vraisemblablement la présence d'un trio constitué - le Trio Recherche - au sein de l'ensemble qui est à l'origine de cette évolution de mon travail de composition. Je trouve ça très amusant à observer. Et rassurant à la fois.

A quoi le titre Figures libres fait-il référence ?

D'une manière générale, j'aime les titres à double entente. Paradoxalement, dès qu'on pense "figures libres", on pense à la contrainte. Car la notion de liberté appelle immédiatement sont antithèse. Ce que j'ai voulu faire dans ce titre, c'est que certaines figures caractéristiques s'échappent des contraintes données au départ - l'idée qu'il est possible pour aun artiste ou un sportif - la référence est manifeste- de trouver, à l'intérieur d'un discours formalisé ou d'un réseau de contraintes, son propre espace de liberté. En l'occurrence, cela se traduit par l'apparition de nombreux solos instrumentaux, apparemment étrangers au contexte, bien qu'en réalité ils soient tous issus de même matériau. L'apparence de liberté est surtout gestuelle ici, d'un caractère "sportif" évident, en ce sens qu'elle fait appel à la virtuosité et à l'engagement physique des musiciens. Mais le titre est en fait assez paradoxal parce que ces figures libres sont très rares dans la partition. C'est sans doute la pièce la plus "thématique" que j'ai jamais composée : un motif, caractérisé par son enveloppe, sorte de figure imposée, est repris dans les trois mouvements de l'oeuvre et subit de nombreuses variations. Dès que la prévisibilité du discours est trop grande, ces figures libres viennent la détruire. Disons que la figure imposée organise la pièce quand les figures libres la perturbe en créant des articulations moins prévisibles.

(in In sit' n°15, mars 2001, Ed. Henry Lemoine)





Extranet artiste
Présentation Activités Au Fil Des Jours Ressources

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

GET FLASH





 

Design by WEBSTORE 2011