Édito 2020 de François Paris

Pluridisciplinaire, transdisciplinaire, interdisciplinaire, multidisciplinaire… Depuis quelques années, il devient très tendance pour nos institutions d’utiliser ces vocables à l’envie enjoignant nos structures à créer « une synergie artistique » entre les différentes disciplines qui engendrera forcément un « croisement des publics » pour le plus grand bonheur de tous !

Au CIRM, organisateur des MANCA, depuis maintenant plus de deux décennies, ces concepts font partie de notre quotidien. Certes, nous parlions de spectacles chorégraphiques, d’opéras, d’installations sonores ou encore de théâtre musical et de musique à l’image, mais finalement lorsque le.la compositeur.rice se trouve devant sa page blanche à l’orée d’un nouveau projet, dans l’intimité de l’écriture, ces concepts ne sont que peu de poids au regard de la réalité du travail qu’il.elle a à accomplir.

Depuis plus de vingt ans nous travaillons avec les équipes de différentes structures de diffusion de notre région, nous croisons notre expérience de production et de diffusion ainsi que nos technologies avec des équipes artistiques venues de loin (Chine, Russie, USA, Canada etc.) et de moins loin (Belgique, Italie, Espagne, Allemagne, etc.). Nous investissons, avec la complicité des équipes qui nous y accueillent, les salles de Nice et de la Région afin de présenter chaque année une nouvelle édition de notre festival.

Alors pluri, trans, inter, multi, nous l’étions, le sommes et le demeurerons. Le croisement de notre public avec celui des lieux que nous visitons (opéra, théâtres, musées, églises, conservatoire, lieux improbables…) se fait naturellement tout au long du parcours d’une dizaine de jours que nous vous proposons chaque année. Mettre en situation le(s) public(s) de pouvoir découvrir de nouveaux horizons artistiques constituera toujours pour l’équipe du CIRM la plus belle des missions.

Tout en enrichissant de nouvelles expériences nos rendez-vous traditionnels avec le Conservatoire, avec l’Université Côte d’Azur pour les journées Arts-Sciences et avec l’Orchestre Philharmonique de Nice pour deux concerts symphoniques, c’est sur l’opéra que nous focaliserons notre attention cette année. Trois opéras de chambre sont inscrits au programme de cette nouvelle édition du Festival Manca. En écho à la production à l’opéra de Nice d’Akhnatende Philip Glass que le CIRM soutient et se réjouit de voir programmé à Nice, nous vous ferons visiter des univers musicaux et scéniques plus intimistes emprunts des textes de Calvino, d’Eschyle et de Michaux. Finalement, pour en revenir aux fondamentaux, ces opéras vivants ne seraient-ils pas, parmi l’infini des possibles, une belle proposition pluri, trans, inter, multi disciplinaire ? Car en effet, venez le fêter avec nous, l’opéra est bien vivant, viva l’opéra !

François Paris
Directeur du CIRM et du Festival MANCA