CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2018

Les dernières actualités du CIRM

« Retour page précédente

Actualité du Jeudi 10 Novembre 2005 à 20h30

MANCA 2005 - ATELIER RECHERCHE NEUROMUSE

Jeudi 10 novembre, 20h30
Salle de conférence Saint-François de Paule
Neuromuse
Frédéric Voisin, coordination



Frédéric Voisin
Frédéric Voisin est né en 1966. A quatorze ans, il découvre un ancêtre de sirène de mer vieux de 65 millions d’années (Alitherium schinzi), qui sera exposé au Musée d’Histoire naturelle de Venise. De 1985 à 1995, il suit des études de musicologie à Paris IV et de linguistique inuit aux « langues O » (INALCO). Il s’associe comme chercheur au CNRS où il développe, avec Simha Arom, les premières expérimentations ethnomusicologiques par synthèse sonore, avec les Pygmées Aka en Centrafrique, puis en Indonésie pour la musique de Gamelan.
De 1995 à 2004, Frédéric Voisin est assistant musical à l’IRCAM, puis avec le groupe Art Zoyd, participe à la réalisation informatique d’œuvres de nombreux compositeurs, chorégraphes et réalisateurs, et s’intéresse aux nouvelles avancées en intelligence artificielle.
Depuis 2003, Frédéric Voisin est responsable de la recherche musicale au Centre National de Recherche Musicale de Nice (CIRM), où il développe le projet Neuromuse, pour l’étude et l’application musicales des réseaux de  neurones artificiels.

n e u r o m u s e
Etudes et applications musicales des réseaux neuromimétiques
Compositeurs, musiciens, chorégraphes et danseurs recourent de plus en plus à l'informatique dans leurs projets, depuis le travail de création, pour l'exploration des possibles jusque la réalisation, selon différentes modalités de communication homme-machine. L'informatique - la machine universelle - est un outil privilégié de formalisation, d'expérimentation, de simulation et de réalisation.
Cependant, lors de mes différentes expériences comme ethnomusicologue et assistant musical, j'ai pu constater que lorsque la communication avec les machines s'effectue au moyen d'un code écrit dans un langage purement logique, la formalisation nécessaire à l'écriture de ce code peut s'avérer contradictoire avec la nature des connaissances invoquées, lesquelles peuvent être intuitives, inconscientes, implicites, contradictoires, irrationnelles ou magiques. L'informatique traditionnelle est encore peu adaptée à ces situations pourtant courantes, et naturelles, ou opèrent des connaissances transitoires et des croyances. L'établissement d'une communication pertinente requiert une adaptation et une plasticité instantanées du programme, si ce n'est un mimétisme que suscite inévitablement le test de Turing. Dans ce contexte, les systèmes de réseaux de neurones artificiels, en s'inspirant de processus neurobiologiques, apparaissent comme une alternative particulièrement intéressante dès lors qu'ils situent l'auto-adaptation au coeur même du dispositif informatique.
C'est dans le cadre d'une recherche chorégraphique, en 2000, que j'ai été amené à écrire en langage Lisp mon premier réseau de neurones artificiels. Je constatais alors que si les systèmes neuromimétiques étaient bien capables d'apporter des réponses pertinentes dans les domaines artistiques, la compréhension et la maîtrise de leur fonctionnement constituait un vaste projet.

Frédéric Voisin

Plein feu sur le projet de recherche du CIRM : Neuromuse
Vers les technologies musicales de demain et d’après-demain …

La plupart des technologies utilisées dans les concerts d’aujourd’hui ont été progressivement portées à maturité depuis une vingtaine d’années par les compositeurs, les chercheurs et les ingénieurs. Certaines de ces technologies ont franchi les portes de la musique contemporaine pour investir les musiques populaires : le sampler par exemple (ou échantillonneur) fait les beaux jours de la musique techno. Toutes ces technologies récentes ont vocation à être commercialisées tôt ou tard par l’industrie qui répondra ainsi à la demande des musiques de consommation de masse. Toutefois, cette commercialisation s’effectue souvent dans un cadre restreint afin d’optimiser le produit en limitant les potentialités musicales offertes par ces technologies.
La recherche se situe bien sûr en amont de ces activités. Prédire aujourd’hui le devenir du projet « Neuromuse » relève de la gageure ; en revanche, nous invitons le public à imaginer quelques-unes de ses potentialités au travers ses premières applications au moment où les enjeux sont totalement ouverts.
La recherche au CIRM représente une part importante des activités de la structure. Nous espérons pouvoir prendre notre place au regard des outils techniques qui seront utilisés pour les musiques de demain et d’après-demain. Présenter la recherche et le projet « Neuromuse » avec ses doutes, ses avancées et ses progrès à l’intérieur du festival nous semblait donc tout naturel. Chaque année, un « état des lieux » du projet sera ainsi présenté au public qui pourra ainsi suivre pas à pas l’évolution d’une réflexion sur un aspect de la technologie musicale.


Pour en savoir plus :
http://www.neuromuse.org

CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019