CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2018

Les dernières actualités du CIRM

« Retour page précédente

Actualité du Mardi 14 Novembre 2000 à 20h30

CONCERT MANCA 2000 - Tom Mays

Mardi 14 novembre 2000
Au Théâtre Francis Gag (Nice)


18h30
"Atelier / rencontre" avec Tom MAYS

20h30
"Le temps d'un éclair" de Tom MAYS,
spectacle pour voix, instruments traditionnels grecs et ordinateur interactif en temps réel.



Commande musicale du CIRM

Tom Mays
(Composition musicale, textes)
Odysséas Elytis
(du livre “O Micros Nautilos”) (Poésies)
Jody Léonce Pou
(Soprano)
Yannis Vlachos
(Oud, tzoura et bendir)
Tom Mays
(Interprétation en temps-rée)
Klairie Lionaki 
(Voix grecque enregistrées)
Michel Vettier
(Lumières)
Fadel Ghrib, Gérard D’élia 
(Son )



Coproduction Césaré Studio de création musicale
CIRM, Centre National de Création Musicale de Nice
Avec la participation du CNAT - Scène Nationale de Reims



“ le temps d’un éclair ”

Un spectacle de musique, poésies et textes pour trio : soprano, instruments grecs (oud, tzoura, bendir) et informatique en temps réel.
La composition est un mélange d’écriture et d’improvisation, construite avec les outils de la musique traditionnelle grecque et des oreilles et des techniques contemporaines.
Le texte est tissé de poésies d’Odysséas Elytis (Prix Nobel, 1978) de son livre “O Micros Nautilos”, qui croisent des anecdotes et des souvenirs du compositeur cherchant à comprendre
ce qui lui est arrivé.
Le français, le grec et l’anglais se complètent et se confondent par la voix chantée et d’autres voix pré-enregistrées – parlant de voyages, contrastes, nuances et la valeur de l’instant même.

en 5 mouvements :
I - le vent et le mystère, II - une chose autre chose
III - un corps céleste, IV - noir et blanc
V - le temps d'un éclair

L’horizon apparaissait  au lointain
à peine visible,
accompagné  des sifflements à peine audibles
des roseaux
à peine souples,
le vent
à peine perceptible...

“J’ai donc décidé de partir.”

l’histoire
Il était une fois, un village en Péloponnèse…
J’étais debout dans l’entrée de la taverne, un sac à dos pesant sur mes épaules et une mission singulière remplissant ma tête. “ Il y a cent ans ma famille a quitté ce village pour les Etats-Unis ”, j’ai déclamé dans ma meilleure approximation du grec. Un enfant m’a regardé les yeux grands ouverts : “ Ça fait très longtemps ! ”
J’aimerais regarder un peu, prendre quelques photos.
Ma grand-mère est née de cette famille à Boston où elle a fini par rencontrer mon grand-père, lui-même immigré de l’Albanie Orthodoxe à l’âge de 17 ans.
Deux générations plus tard, né et élevé en Californie (loin de Boston et d’autant plus loin de la Grèce), je suis “ retourné ” moi-même sur le continent européen  – sans encore la moindre pensée grecque, je me suis installé à Paris…
J’aimerais regarder un peu, prendre quelques photos.
C’est en France où, comme si je ne pouvais finalement pas y échapper, j’ai “ redécouvert ” la Grèce, fais des rencontres, commencé à me sensibiliser à la musique traditionnelle.
Après sept ans de vie à Paris, j’ai pris des vacances en Grèce et je me suis retrouvé devant une maison en pierre, effondrée ; la même que mes arrières-grands-parents avaient quittée pour une “ vie meilleure” et je contemplais mon retour en Grèce…
J’aimerais regarder un peu, j’ai déjà pris tant de photos…
J’ai donc entamé mes recherches dans la culture, la langue et la musique grecques et je crois que mes expériences en musique contemporaine, informatique et électronique ne sont pas incompatibles avec ces recherches. En réalité, c’est à travers ces nouveautés que je cherche à trouver ce que tout cela veut dire pour moi…
100 ans plus tard…
Les idées évoquées dans les poèmes “ Les années de mon enfance ”, “ Mon sac à dos ”, “ Mon guide ” et “ Mon appareil photo ” d’Odysséas Elytis me sont très proches.
Guidé par le premier poème et avec comme outils les trois autres, je vais raconter une histoire de découverte et de voyage ; l’histoire d’un homme, de son âme qui grandit, et de l’enfant en lui qu’il s’acharne à toujours respecter. Elle sera explorée en français et en anglais, autour des poèmes dans leur langue d’origine, le grec : un dialogue, voire un “ trialogue ” en travaillant la sonorité, le rythme et le sens.
La matière dans laquelle l’histoire sera tissée est la musique traditionnelle grecque revue par la composition contemporaine et le jeu informatique, tout en gardant un lien fort avec l’improvisation. Les porteurs seront trois sur scène : la chanteuse soprano, le joueur d’oud, tzoura et bendir et l’interprète de l’informatique en temps-réel.
Athènes, décembre 1998.

Tom MAYS
(Californie, 1966)
D’où suis-je? –Au départ, de la Californie, mais j’ai eu une deuxième vie en France. Maintenant je vis à Athènes - encore une autre vie. Qui suis-je? –Questions difficiles. Je compose, j’improvise, j’enseigne, je passe beaucoup de temps à l’ordinateur. En Grèce, on entend souvent : “on est ce que l’on dit.” Peut-on l’être sans le dire ? Qu’est-ce que j’ai fait de remarquable ? –Je me suis déjà fait remarqué en mangeant des frites avec les doigts. Sinon, j’ai co-fondé le studio CESARE à Reims, travaillé 4 ans à l’IRCAM comme Assistant Musical, composé des pièces pour concert, film, radio, danse, théâtre et installations. J’ai aussi créé le temps d’un éclair. Maintenant je travaille l’improvisation libre avec l’informatique en temps-réel.
Tom Mays

Parmi ses compositions, figurent :
"L’instant", 2000, bande pour planétarium et système de diffusion octaphonique. Commande de  Studio Césaré.
"Improvisation #3", 1999, pour saxophones improvisés et informatique en temps-réel. Joué au Théâtre FOURNOS à Athènes le 23-24 oct. 1999. Collaboration avec Joe Tornabene.
"E minor sharp seven flat eleven over C", 1999, pour flûte improvisée et bande. Créé au Théâtre FOURNOS à Athènes le 23-24 oct. 1999.
"Le Temps d'un Éclair", 1999, pour soprano, musicien traditionnel grec et interprète de l'informatique en temps-reeel. Commande du CIRM, co-production Césaré.
"Improvisation #2", 1998, pour instruments traditionels grecs improvisés et informatique en temps-réel. Joué à l’Université Ionienne de Corfou lors du “1st Annual Symposium on Music and Computers”. Collaboration avec Yannis Vlachos.
"Au coin", 1996, musique pour court-métrage (studio du CIRM-Centre National de Création Musicale-Nice, diffusé à Cannes, Nice et Thessalonique entre 1996 et 1997).
"Improvisation #1", 1994, trio pour piano préparé et dispositif électronique (CalArts, Los Angeles).
"Mille Couloirs", 1994, musique et bande son pour court-métrage (intervention socio-artistique pour projet  S’TART, Epernay).
"Stages", 1994, musique pour chorégraphie (compagnie Arrazzo Tanztheater, Allemagne).
"Ça", juin 1993, musique pour théâtre – ordinateur en direct et bande (la compagnie La Baignoire, Paris).
"Stadthaus", 1993, pour ordinateur en direct et bandes diffusées (installation à Ulm, Allemagne pour l’inauguration du Stadthaus de Richard Meier).
"Walking out of time", 1993, pièce radiophonique (diffusée sur France Culture, WDR-Cologne et RNE-Madrid).
"Windows of audibility", 1990, pour violoncelle et ordinateur en direct (San José).
"Wish I Knew", 1990, pour flûte, trois voix et ordinateur en direct (San José).

(Octobre 2000)


Yannis VLACHOS

Instrumentiste traditionnel grec, il commence ses études de guitare classique et d’écriture musicale au Conservatoire National d’Athènes. Il suit les cours de Simon Karas à l’Ecole de Musique Traditionnelle, et parallèlement il étudie le bouzouki et l’oud.
Depuis 1990 à Paris, boursier de la fondation “ Onassis ”, il complète ses études en orchestration (premier prix du CNR de Rueil-Malmaison), et en composition musicale (premier prix du CNR de Boulogne).
Intéressé par les nouvelles technologies, il étudie la musique électroacoustique et l’informatique musicale aux studios de l’ADAC-GRM et à l’IRCAM. En tant que compositeur-arrangeur et instrumentiste, il a collaboré avec plusieurs formations de musique grecque en France et à l’étranger. Il a aussi travaillé pour la télévision, le cinéma et le théâtre et enregistré avec plusieurs musiciens.
Recherchant un trait d’union entre tradition et modernité, il crée en 1994 l’ensemble grec “Mandragore” qui donne de nombreux concerts et enregistre son premier C.D. en 1997.
En 1999, il participe à la création «le temps d'un éclair» de Tom Mays à Reims.

Parmi ses oeuvres, figurent :
"Eruption" (pour flûte, clarinette, piano et synthétiseur) – Cité universitaire (1993).
"Trio" (pour flûte, alto et guitare) – CNR de Boulogne (1994).
"Interlude" (pour bande magnétique) – Salle du Puits-qui-parle (1996).
"Synthèse" (pour alto et bande magnétique) – Centre Multimédias de l’ADAC (1997).
"Danse imaginaire" (pour l’ensemble Mandragore) – Centre des Musiques Traditionnelles en Ile de France (1997).


Jody Léonce POU

Originaire d’Atlanta, Jody Pou commence le chant aux Etats-Unis avec Laura English-Robinson.  Elle se consacre au jazz,  notamment avec Randy Andersen, en compagnie duquel elle fait une tournée aux Etats Unis pendant ses études universitaires.  Après l’obtention de sa maitrise de lettres, elle s’installe en France où elle rencontre Fusako Kondo qui sera son professeur au CNR de Paris.
C’est là qu’en 1999, elle se voit attribuer un premier prix de chant.  Attirée par le répertoire contemporain, elle interprète en concert  Two Walking  de Pascal Dusapin,  Pou Pocket Songs  d’ Igor Ballereau, diverses oeuvres de Georges Aperghis, (avec lequel elle travaille régulièrement depuis 1999), et tient un rôle dans l’opéra  Forever Valley  de Gérard Pesson, mis en scène par Frédéric Fisbach. 
Elle crée pour la radio Dans la Lumière des Mots Vigiles  de Maurice Delaistier, avec l’ensemble Ader.  (Cette pièce a également fait l’objet d’un enregistrement discographique).
En 1999, elle entre dans la classe de chant baroque du CNR de Paris, où elle étudie avec Kenneth Weiss, Agnès Mellon,  Sophie Boulin, Michel Laplénie et David Simpson. 
Pour la saison 2000/2001, Jody Pou doit se produire au sein de la compagnie du chorégraphe Thierry Niang, pour la création de ses spectacles Ossos et Wanted dans le cadre d’une tournée française.  En  novembre 2000, elle chantera Donde estas hermano ?de Luigi Nono à Rome pour le compte de l’ensemble vocal Vox Nova. Par ailleurs,elle se produit régulièrement en soliste dans le domaine du répertoire.  Son prochain récital se tiendra en mars au festival de printemps à la Sorbonne, où elle interprètera Debussy, Stravinsky, Webern, Malher, et Strauss.

(Rédaction et impression du programme octobre 2000)


CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
Tél 04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019