CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2018

Les dernières actualités du CIRM

« Retour page précédente

Actualité du Mercredi 10 Novembre 2004 à 20h30

CONCERT MANCA 2004 - FORUM II DES ETUDIANTS

Mercredi 10 novembre

Eglise Saint-François de Paule (Nice)

 

 

 

FORUM II DES ETUDIANTS

 

VIDEO ET ELECTRONIQUE

Francesco Biasiol (4) E pericoloso sporgiarsi dal finestro (2004)
CREATION FRANCAISE 10’

Bastien Joron, Edouard Thoumire,
Maximilien Hondermarck et Raphaël Laroche
(1) Animatrix – The second renaissance –
part. I de Mahiro Maeda – courts-métrages dirigés par Peter Chung et Andy Jones –
CREATION MONDIALE de la partie musicale 3’15

Moustapha Dakka (3) Jarres de larmes jusqu’aux bords des fables
Marge pour l’abeille du plaisir
Celle qui lavait l’aube dans le bassin de sa virginité CREATION MONDIALE 10’

 


MUSIQUE ET IMAGE EN TEMPS REEL

MRS (Musique Rythmique & Sportive) Improvisation – CREATION MONDIALE 10’
Micha Vanony (3) (électonique) - Sacha Vanony (3) (électronique) - Gael Toto-Brocchi (3) (vidéo) - Jérôme Noguera (lumière)


Technique CIRM

(5) Classe de Francis Faber de l’Ecole nationale de musique et de danse de Dieppe
(6) Classe de Pascal Gobin au CNR de Marseille
(7) Classe de Michel Pascal au CNR de Nice
(8) Classe de Roberto Doati au Conservatoire de Trieste (Italie)

 

 

 

 

Francesco BIASOL

E pericoloso sporgiarsi dal finestro (2004)
Vidéo et électronique – CREATION FRANCAISE
« Ne pas se pencher au-dehors » est une pièce pour vidéo et musique enregistrées . La vidéo propose un voyage imaginaire dans le « Porte Vecchio » de Trieste, un ensemble architectural industriel très important à l’époque où Trieste était le seul port dans tout l’empire Austro-Hongrois, offrant un accès direct à la mer.
Le côté réaliste des premières images laisse place ensuite à une élaboration de plus en plus onirique et déformée. Les façades deviennent cylindriques, puis sphériques, pour finir, irrégulières. Elles sont construites d’après un schéma volontairement réduit, seulement deux photographies du port.
Blender, le programme de traitement de l’image utilisé a été développé par Nan Technologies et coproduit par SGI.
La musique se développe dans deux dimensions, l’espace et le rythme, et utilise des sons de l’environnement naturel du port : marteaux, outils variés, grillons.
Le rythme est conçu à la fois selon deux aspects macro structurel (rythme et métrique) et micro structurel (timbre) : en fait, les sons concrets ont été choisis aussi bien pour leur nature percussive, que pour leur capacité à être perçus comme des trains d’impulsions.
Tous les autres paramètres musicaux de chacune des images sonores dérivent de leur position spatiale et de leurs caractéristiques rythmiques.
C’est le processus de réalisation qui est composé, c’est-à-dire un groupe de « patches » programmés avec DirectCSound (une extension du langage Csound développé par Gabriel Maldonado), à partir desquels le compositeur a obtenu les diverses parties de la pièce, qu’il a ensuite interprétées en temps réel avec des contrôleurs MIDI.


Bastien JORON, Edouard THOUMIRE, Maximilien HONDERMARCK
et Raphaël LAROCHE

Animatrix – The second renaissance – part. I de Mahiro Maeda
Courts-métrages dirigés par Peter Chung et Andy Jones
CREATION MONDIALE de la partie musicale


Moustapha DAKKA


Jarres de larmes jusqu’aux bords des fables
Nice, 2004 Vidéo 06'26 Couleur,Son,Texte
Il ne s’agissait pas ici d’écrire un scénario, mais de mettre en scène des symboles (artefacts signifiants), matériaux bruts de la future construction du conte (narration audiovisuelle). Celle-ci n’est finalement qu’un prétexte pour faire passer les symboles.
Dans cette perspective, la variation d’ordre des scènes nous amène à diverses narrations sans perturber l’unité organique entre le son et l’image.

Marge pour l’abeille du plaisir
Cologne, 2004 Vidéo 02'50 Couleur,Son
Outre la métaphore, ce film s’appuie sur son processus de fabrication ;
L’effet visuel travaillé manuellement (une superposition en transparence de plusieurs copies de film différemment recolorées) s’est également appliqué pendant la post-production sur l’environnement sonore - qui était capté involontairement pendant le tournage par le microphone de la caméra. Ainsi le son devint un choix radical, étant retravaillé comme s’il faisait partie d’une seule masse filmée.

Celle qui lavait l’aube dans le bassin de sa virginité
Cologne, 2004 Vidéo 04'30 Couleur,Son
Une improvisation impressionniste sur le film, théâtralisée de manière à rejoindre le monde fantastique de la fable.



MRS (Musique Rythmique & Sportive)
Issu du Studio Phebe’s, MRS est un groupe de Live Electronic regroupant deux musiciens, un vidéaste et un light designer. Ces trois domaines (son, vidéo et lumière) sont composés en même temps et considérés avec la même valeur poétique. Cette intégration continue et à pondération égale, donne une couleur unique aux créations de MRS.
La musique est véritablement jouée par des musiciens sur des samplers, laptop, et autres instruments, et non séquencée comme dans la plupart des faux lives. La mise en espace des sons, tout autour du public en un paysage à trois dimensions, est contrôlée par un joystick, via un patch développé spécifiquement pour ce concert. La vidéo est déclenchée en live par ordinateur et utilise certains paramètres musicaux pour modifier les images en temps réel.
La lumière est synchronisée en MIDI sur les trois autres sources, et pilotée en direct depuis la scène.
MRS synthétise des influences électroacoustiques et Electronica, et cherche à explorer des régions ignorées de la musique électronique jouée en direct, en favorisant l’écoute des formes sonores pour elles-même.


Improvisation CREATION MONDIALE
Micha Vanony (électonique) - Sacha Vanony (électronique) – Gael Toto-Brocchi (vidéo) - Jérôme Noguera (lumière)

CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019