CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2018

Les dernières actualités du CIRM

« Retour page précédente

Actualité du Vendredi 29 Novembre 2013 à 20h30

SPECTACLE CHOREGRAPHIQUE- MANCA 2013

 

Vendredi 29 novembre 2013 à 20 h30

Au Théâtre National de Nice,  Salle Pierre Brasseur

 

 

JUANA

Un plateau. Sept femmes.
Toutes différentes, chacune unique.
Et pourtant étrangement semblables.
Chacune miroir de l’autre ?

 


musique Analía Llugdar - chorégraphie Eric Oberdorff

 

Donatienne Michel-Dansac /soprano, 

Myrtille Hetzel /violoncelliste, 

Annelise Clément /clarinettiste,

 

Cécile Robin Prévallée, Emma Lewis, Audrey Vallarino, Mariko Aoyama /danseuses

 

réalisation informatique musicale Monica Gil Giraldo

ingénieur du son Camille Giuglaris

 

costumes Philippe Combeau

 lumières Bruno Schembri

 

production déléguée CIRM, Centre National de Création Musicale

coproduction Compagnie Humaine, Monaco Dance Forum, CCN Malandain Ballet Biarritz

Aide à la création - Ministère de la Culture et de la Communication 

 

 

Deuxième volet de notre programmation danse au TNN, « Juana » est une coproduction du CIRM, de la « Compagnie Humaine » et des « Ballets de Monte-Carlo ». Présentée en Création Mondiale au théâtre des variétés de Monaco en décembre dernier dans le cadre du « Monaco Dance Forum », cette œuvre associant la compositrice Analía LLugdar et le chorégraphe Eric Oberdorff est de retour sur la côte d’azur à l’occasion des MANCA.

  

 (programme complet pdf)

TEXTES DE JUANA

 

PARFOIS, LE SOIR, UN VISAGE NOUS REGARDE DU FOND D’UN MIROIR


La rencontre de deux artistes sur un projet de création commun est toujours un moment improbable, presque de l’ordre de l’intime. On se regarde, se jauge, se scrute, se flaire, avec bienveillance mais vigilance, chacun curieux de l’univers de l’autre, mais désireux d’être aimé pour le sien.


Il y a bien sûr des évidences. La musique et la danse sont étroitement liées, et tellement curieuses l’une de l’autre. Le compositeur écoute les corps, le chorégraphe regarde la musique, chacun enviant la perception de l’autre. Mais il ne faut pas être naïf. La conscience d’un possible rejet, d’une incompatibilité rôde toujours, sousjacente et voilée, chacun a déjà expérimenté combien un processus de création commun peut être violent, chaotique, passionnel, voire extrêmement douloureux.


Cette rencontre, c’est en tout premier lieu l’idée de François Paris, directeur du CIRM, qui voit dans la musique d’Analia un possible champ d’exploration chorégraphique, et qui propose à Analia et Eric de prendre contact l’un avec l’autre.


Séparés géographiquement par l’Océan Atlantique, nous découvrons chacun de notre côté des fragments du travail de l’autre. Lors du premier contact téléphonique, nous échangeons autour d’une légende perse, celle de la pierre de patience à qui l’on raconte nos secrets les plus oppressants et qui à la fin se brise, nous libérant de leur emprise. Nous n’aurions pas pu choisir meilleure métaphore pour expliquer le flot d’idées incontrôlable qui a ensuite surgi, mêlant interactivité, féminité, poésie, Antonin Artaud, identité, mémoire, Tom Waits, transmission, beauté, énergie, Henri Bergson, résonance, etc...


Et puis ces vers de Borges, comme un ultime message :
Parfois, le soir, un visage
Nous regarde du fond d’un miroir :
L’art doit être comme ce miroir
Nous dévoilant notre propre visage.


Tout a été dit, tout est réuni : fragments, miroir, femme, écoute de l’autre, ...


Analía Llugdar & Eric Oberdorff

 

« Un plateau. Sept femmes. Toutes
différentes, chacune unique. Et pourtant
étrangement semblables. Chacune
miroir de l’autre ? Multiples facettes
d’une même vie, multiples vies qu’on
souhaiterait vivre ou avoir vécues. Le
temps trace son sillon. Sur une femme,
sur sept femmes. Peu importe. »
(Eric Oberdorff)

 

« Soeur Juana Inés de la Cruz, Jeanne d’Arc, Jeanne 1ère
dite Jeanne la Folle, Juana de Ibarbourou, Giovanna Marini,
Jeanne Moreau, …. autant de femmes d’exception
qui portent le même nom.
Chacune renvoie à l’autre son propre reflet : la vie devient
alors comme un miroir fait d’images qui passent
et qui restent ; Et l’art, notre seule manière de retenir le
temps. »
(Analía Llugdar)

 

durée : 1h05

 


Version française (pour web)
Version française (pour print)

Version anglaise (pour web)
Version anglaise (pour print)

 

TEXTES DE JUANA


Extrait vidéo de la Création de Juana le 14 déc. 2012 par Eric Oberdorff

 

 

 

(photo haut © Eric Oberdorff)

 

 

 

Placement numéroté

 

Tarifs TNN (de 8 € à 40 €)

Vente UNIQUEMENT au Théâtre de Nice ou sur leur site

 

CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019