CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2018
« Retour page précédente

LA COMMEDIA

La Commedia de Louis ANDRIESSEN

Année de composition : 2008
Durée : 100.00 minutes

Formation :

Film opéra en cinq actes, d’après des textes de Dante, Vondel et de l’Ancien Testament.

Editeur

Boosey & Hawkes

Contexte CIRM


Notice :

CREATION
12 juin 2008, Koninkligk Theater Carré, Amsterdam. Claron McFadden / Cristina Zavalloni / Jeroen Willems. Hal Hartley, production. Direction : Reinbert de Leeuw
Synergy Vocals / Netherlands Opera / Asko Schoenberg Ensemble


Pour un soir, le Théâtre Carré d’Amsterdam incarne le Purgatoire. l’Ensemble Asko/Schoenberg, dirigé par Reinbert de Leeuw, joue la musique de Louis Andriessen pendant que les Travailleurs vaquent à leurs occupations en préparant les âmes pour leur éventuel transfert vers le paradis. Comme toute « multinationale » qui se respecte, le Purgatoire a de nombreux écrans vidéo sur lesquels, il garde un œil sur la Folie Humaine. Ce soir, le Purgatoire s’oriente vers deux jours particuliers à Amsterdam.

Synopsis
(sur scène)


Part I – La Ville de Dis, ou le Navire des imbéciles
L’œuvre s’ouvre avec un texte latin issu des premières pages de “Das Narrenschiff“, suivi d’une œuvre du 16ème siècle “The Guild of the Blue Barge“. Beatrice apparaît et raconte qu’elle a demandé à Virgil d’assister Dante dans sa quête vers l’éternité.
Deux hommes dans un bateau en route vers Dis, la Ville des flammes en Enfer. Ils voient des femmes déchainées hurlant sur les toits des tours enflammées et quelqu’un marche sur l’eau. Dante décide “J’étais convaincu qu’elle était envoyée par le paradis“.

Part II – Récit de l’Enfer
Dante relate une histoire drôle sur un des diables seniors, qui lui montre le chemin. Ce Malacoda donne à Dante une escorte de dix diables sans peur et sans crainte. Une marche musicale curieuse se fait entendre alors qu’ils avancent péniblement à travers l’Enfer.

Part III – Lucifer

Une longue introduction instrumentale nous amène parmi les horreurs les plus profondes de l’enfer. Le chœur décrit Lucifer, qui finit par apparaître. Il est jaloux parce que Dieu a créé l’humanité à sa propre image. Il crie fort son désir de revanche et sa réjouissance.

Part IV – Le jardin des délices

Dante rencontre son amie décédée Casella, une musicienne, qui chante un des sublimes sonnets de Dante. Dante chante une chanson sur un serpent terrifiant qui est chassé par d’énormes oiseaux, puis on l’aide à traverser la rivière Lethe c’est alors qu’il voit une procession d’une grande beauté. Dante est renversé par une voiture et meurt. Le chœur chante un texte tiré de “Song of Songs“ dédié à la Mariée de Lebanon.

Part V – Lumière éternelle
Une lumière musicale, venant d’on ne sait où, est interrompue par un chœur d’enfants imprudent qui chante un texte du Requiem. Beatrice décrit cette lumière comme celle de l’amour. Sous un firmament étoilé, les deux femmes solistes se rejoignent. Dante chante les corps célestes et la musique des sphères, avant d’être interrompu par Cacciaguida, qui se plaint des Florentins. Le chœur et Beatrice chantent la lumière éternelle qui conquiert toute tristesse.



Synopsis
(à l’écran)


1) La Cité Dis (ou le Navire des Imbéciles)
L’orchestre terrifiant du 21ème siècle, connu sous le nom de « Guild», joue dans les rues d’Amsterdam. A la fin de la journée, après avoir partagé leur gain, les musiciens se rendent à leur bar préféré, le Navire des Imbéciles, où Lucifer, un homme d’affaire local aux ambitions politiques infructueuses, est aux premières loges.
Pendant ce temps, les deux jeunes activistes arrivent en ville pour distribuer leurs tracts politiques pendant la visite de la célèbre Béatrice. Dante, une journaliste de la TV italienne, prépare son reportage afin de filmer cet événement important.
Maria est attristée de voir son amie Lucia se laisser séduire par le jeune corniste tatoué, Farfarello, qui l’emmène au Navire des Imbéciles.
Dans le bar, les musiciens du « Guild » se saoulent, dansent, se disputent, se battent et essayent de draguer les femmes et petites amies de chacun. Une bagarre féroce éclate entre Calcabrina et Libbicocco.

2) l’histoire venant de l’Enfer
Les musiciens se réveillent sur une plage hors de la ville. Lucia est avec eux, perdue et soucieuse. Maria les a suivis. Calcabrina en veut à Farfarella d’avoir ramené la fille avec eux. Alinchino choisit la musique pour la journée pendant que Graffiacane travaille son violoncelle. Lucia et Maria se battent.

3) Lucifer
Les musiciens partent travailler, mais Libbicoco se bagarre avec la police qui finit par tous les arrêter y compris Lucia, qui surveillait la scène, fascinée. Maria attend à l’extérieur du poste de police pendant que Lucifer paie la caution pour leur libération et leur explique ses nouveaux plans pour renverser le pouvoir au paradis. Pendant ce temps, Béatrice arrive à l’hôtel et Dante prépare son reportage filmé.

4) Le jardin des délices terrestres
Libérés de prison, les musiciens  dérivent sur les canaux d’Amsterdam afin de réfléchir à leurs transgressions. Malacoda a son propre bateau et essaie de se réconcilier avec Calcabrina. Dante filme son reportage et Béatrice apparaît sur le balcon de l’hôtel face à la foule. Dante, parmi la foule où se trouvent également les musiciens, est tellement émue par la prestance de Béatrice qu’elle en oublie la circulation routière. Dante se fait renverser par la limousine de Béatrice et meurt.

5) Lumière éternelle
Les musiciens sont chassés de la ville. Maria et Lucia les suivent. Béatrice part pour l’aéroport. Lucifer se plaint de l’état des affaires à Florence et nous fait part de ses conseils. Une foule d’enfants entrent et sortent et nous préviennent que même si nous ne savons pas ce qui se passe, eux le savent.
Pendant ce temps, les Travailleurs du Purgatoire reçoivent des instructions de leurs supérieurs pour transférer une âme issue de sa période de pénitence vers le Paradis.

(*) Le Guilde est inspiré de 2 sources : un groupe de diables hilarants issus de « l’Enfer » de Dante (listés et décrits dans la 2ème partie de la Commedia), et par un ensemble musical que Louis Andriessen a souvent « menacé » de créer afin de jouer la musique qu’un orchestre normal ne pourrait interpréter. Il appelle cet ensemble « l’orchestre terrifiant du XXIème siècle ».

(trad. NM)






Extranet artiste Dernière mise à jour le 27/07/2009

CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019