CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2018
« Retour page précédente

LE O DU HAUT

Le O du Haut de Michaël LEVINAS

Année de composition : 2008

Formation :

Pour chœur à 6 voix mixtes

Editeur

Editions Lemoine

Contexte CIRM




Notice :

CREATION
7 septembre 2008, Abbaye de Royaumont, par les Neue Vocalsolisten Stuttgart

Le O du Haut est composés de deux madrigaux qui chantent deux poésies de Gerashim Luca, "Le triple" et "Le désespoir".
La rencontre avec la poésie de Gerashim Luca a été déterminante à une période particulièrement sensible concernant l'incidence de certaines textualités sur la forme musicale.

Il est vrai que lors de la composition de mon opéra Les nègres la langue de Genet avait déterminé une recherche acoustique et linguistique portant sur la relation entre le son et le sens, le sens et certaines structures syntaxiques de "la phrase musicale". Dans le O du haut, cette recherche m'a mené à écrire des madrigaux. Le O du Haut est une polyphonie madrigaliste. La poésie très particulière de Gerashim Luca est mise en voix dans une succession de grilles harmoniques. Elles organisent les figures mélodiques dans l'espace.

Cette polyphonie se répartit en fragmentant rythmiquement et spatialement les mots et leurs enchaînements dans le sens de la phrase. Gerashim Luca est initialement issu du courant lettriste, mais sa poésie m'évoque souvent les alchimies et les retournement merveilleux de Verlaine. La poétique de Luca est une apparente combinatoire de consonnes et de voyelles qui utilisent l'ambivalence sonore de la lettre et du "mot", l'ambivalence du son et du sens: "Le O du haut" ou "le N de la haine".

On retrouve aussi dans les textes de Luca des périodes qui évoquent à la fois le rondo mais aussi le souvenir des acclamations du rite religieux des offices de la tradition juive dont il est aussi l'héritier - "Le désespoir a deux paires de jambes... le désespoir a trois paires de jambes..." Il serait réducteur de ramener ces jeux poétiques de la langue aux seules structures lacaniennes, même si "le désespoir n'a pas de paires... de jambes"! La souplesse de la prosodie de la langue française crée des structures rythmiques complexes de "lettres-accents".

Ces "lettres-accents" sont contenus et se dégagent de la structure des mots et de leurs significations dans le dessein de la phrase. Alors naît la mélodie et la polyphonie madrigalistes. Se dégage aussi de ces structures linguistiques et musicales purement abstraites une poétique des proportions.

Le O du haut est dédié à Isa.


Michaël Lévinas





Extranet artiste Dernière mise à jour le 27/07/2009

CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019