CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2019
« Retour page précédente

LES SACRIFIéES

Les Sacrifiées de Thierry PECOU

Année de composition : 2008
Durée : 120.00 minutes

Formation :

Opéra en trois actes d’après la pièce de Laurent Gaudé. Trois rôles principaux (soprano, mezzo, contralto), 5 comédiens, soprano, ténor, baryton-basse ; flûte, hautbois, clarinette, trompette, trombone, percussions, accordéon, violon et contrebasse.

Contexte CIRM




Notice :

CREATION
Création le 12 janvier 2008 à la Maison de la Musique de Nanterre. Compagnie lyrique ARCAL, ensemble TM+ direction Laurent Cuniot. Mise en scène : Christian Gagneron.

COMMANDE
Ministère français de la Culture


Selon mes premiers rêves, avant d’être le lieu d’un récit, l’opéra aurait été le champ volcanique où s’exprimeraient des forces primordiales, s’expurgeraient pulsions primaires et douleurs récurrentes. Nourri des réflexions de Nietzsche (Naissance de la Tragédie) et d’Antonin Artaud (Théâtre de la Cruauté), j’aurais voulu dans le sillage de ce dernier et de sa vision des théâtres d’Extrême-Orient, que l’opéra s’occupe de l’Univers et non de l’Homme, ou plutôt, que la force mystérieuse et métaphorique du phénomène musical renoue le lien entre l’Homme et les éléments du cosmos.
En ce sens, quelques-unes de mes partitions antérieures étaient déjà des opéras. “L’Homme Armé“  parlait de la guerre, “La Ville des Césars“ de l’amour, et “Passeurs d’eau“ de la naissance et de la mort à travers une réinvention de rituels amazoniens. Ces oeuvres, racontaient certes quelque chose, mais autrement que par une narration tendue comme un fil, en cherchant – aurait dit Gilles Deleuze – à reproduire, à rêver de nouveau des mythes que l’on ne comprend plus, dont nous nous serions en apparence détachés.
Au contact de l’univers romanesque et théâtral de Laurent Gaudé, j’ai alors trouvé la matière dont précisément je rêvais pour pousser “l’opéra rituel“ vers les exigences de l’opéra et de sa tradition : un sujet fort d’une brûlante actualité, mais traité avec le souffle mythique qui oblige à une nécessaire prise de distance.
L’ombre de la Tragédie grecque sous-tend et structure “Les Sacrifiées“ de bout en bout. Aussi le récit présente-t-il des personnages dont le profil archétypal prime sur la psychologie. L’humain ne surgit pas du cheminement individuel des personnalités qui évoluent dans le cours de la narration, mais bien plutôt des situations qui entrent en conflit avec leur libre arbitre. Pour Raïssa, Leïla et Saïda, la malédiction est plus forte que la volonté, c’est l’archétype qui domine, c’est le poids écrasant du Pouvoir et de l’Histoire qui agissent tel un rouleau compresseur, dans un principe implacable de réalité tragique. C’est l’humanité sans cesse rattrapée par ses démons, engluée dans ses propres contradictions. Les victimes d’un jour deviennent les bourreaux du temps suivant. Les situations se retournent, se renversent dans une troublante symétrie.
Pour faire exister ces tensions, ces rapports de forces, j’ai conçu autour du livret de Laurent Gaudé, un dispositif vocal comprenant trois chanteuses qui incarnent les trois femmes, et un choeur constitué d’une chanteuse, deux chanteurs (ténor et baryton-basse), une comédienne et trois comédiens. Ce choeur opère une double fonction : il est le choeur tragique à l’antique tout en donnant les rôles secondaires qui s’en extraient au fur et à mesure que progresse l’action. Le mélange de comédiens et de chanteurs m’a permis d’envisager une présence dramatique très engagée et une matière chorale qui se décline de la parole dite à la parole chantée ou du parlérythmé au cri. À ce choeur, répond le lyrisme des voix des trois protagonistes. Leur chant cultive l’ambiguïté entre chant populaire et chant lyrique, ambiguïté qui culmine lors des grandes lamentations qui achèvent chaque partie.
En arrière plan de chacun des trois tableaux, (Il faut souligner que Gaudé n’emploie pas le mot “tableau“ mais uniquement le nom des femmes pour désigner chaque partie : Raïssa, Leïla, Saïda) se dessine musicalement un espace sonore spécifique ayant sa couleur propre. Chaque fois, s’expose une opposition radicale entre deux mondes qui ne peuvent se comprendre, traduite par deux types d’écriture et deux types d’univers harmoniques.

Dans “Raïssa“, d’un côté le monde de l’armée française qui est celui de la verticalité ; les choses s’empilent, s’imposent d’en haut, comme la hiérarchie militaire. L’écriture est harmonique, homophonique, homorythmique. De l’autre côté, la Djemâa, mais aussi le paysage aride, sont figurés par l’horizontalité des lignes mélodiques souvent présentées dans un dépouillement tirant vers la monodie.

Dans “Leïla“, cette opposition verticalité/horizontalité est toujours latente, même si la frontière en est moins claire. Le choeur s’efface et la percussion apparaît, imposant une présence rythmique qui amène au premier plan la dimension rituelle. La percussion devient une voix, miroir ou ombre du chant des femmes, ici par coloration des textures instrumentales, là en donnant une fine base rythmique tournante sur des rythmes arabes, ou encore libérant un torrent de forces puissantes et rageuses.

Dans “Saïda“, l’opposition entre deux mondes devient intra culturelle : du côté de la verticalité, le monde masculin avec les fondamentalistes, la malédiction et le drame qui s’impose d’en haut ; de l’autre côté, le monde des femmes, linéaire, plus étale, fuyant et courbe. Chacune des deux écritures joue sur son propre registre de complexité.
L’harmonie met en jeu de complexes alliages de hauteurs et de timbres en sons tempérés. La mélodie, travaille sur la couleur modale, empruntant aux modes arabes des quarts de tons, et l’esprit de l’ornementation.

J’ai parfois puisé, et en toute innocence, les modes d’expression dont je voulais charger le texte dans diverses sources provenant de l’écoute de grandes chanteuses orientales – Oum Kalsoum, Houria Aïchi notamment – et de musiques Arabo-andalouses, Touareg, Berbère, Soufies, etc. Ce détour par l’ailleurs n’a pas pour seule motivation de territorialiser l’action des Sacrifiées. C’est aussi le moyen pour moi de revitaliser librement le langage de l’opéra, et de tenter de lui donner la portée qu’il doit avoir par le regard critique qu’il pose sur notre monde.

Thierry Pécou, janvier 2008





Extranet artiste Dernière mise à jour le 27/07/2009

CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019