CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2019
MANCA
« Retour page précédente

MONADE

Monade de Patrick Marcland

Durée : 40.00 minutes

Formation :

Pour une danseuse et un dispositif visuel et musical interactif

Contexte CIRM


Notice :

Patrick Marcland musique
Laurence Marthouret conception, chorégraphie et interprétation
Barbara Kraft scénographie
Julien Piedpremier artiste visuel
Frédéric Alemany programmation numérique

Monade tente de développer la problématique de la place du corps, sa représentation, ses contraintes, ses limites, ce que l’on expose et ce que l’on cache : corps exposé, corps occulté. L’interprète est seulement perçue à travers une structure translucide sur laquelle un vidéo projecteur zénithal projette des textures. Le corps est emprisonné, aperçu, imaginé, transformé, disparaissant et surgissant par intermittence. La danseuse interagit, à l’aide du plancher sensible, avec la matière image qui vient l’envahir, la recouvrir partiellement, l’éclairer ou l’obscurcir, ainsi que sur le son de la bande préenregistrée et transformée en temps réel.

Le système interactif entre le son, l’image et la danse permet d’intensifier le travail de l’interprète, sa présence, sa densité physique.

Un univers particulier et sensible, organique et technologique, où s’impose l’importance de l’environnement dans la vie, dans l’acte de création.


Production et partenaires : Production Trans, coproduction Espace 1789 ( St Ouen), Césaré, Centre National de Création Musicale Reims, Le Hublot, Espace Culture Multimédia ( Nice), Le Cube Art 3000 ( Issy les Moulineaux), et le CNC, l’aide à la Maquette du Dicream.

« Monade » plonge le spectateur dans l’obscurité et l’installe autour d’une petite scène fermée de toutes parts. L’émergence d’un flux lumineux marque le début de la performance. Il se déploie et se rétracte sur les parois translucides au rythme d'une partition sonore dominée par le jeu intermittent d'un violoncelle. L'atmosphère est légèrement angoissante, jouant sur des effets de reprise et de dérive ne permettant ni de situer ni de statuer sur ce que l'on perçoit. Puis la blancheur d'un corps apparaît et le bruit de mouvements à même le sol sont les signes qu'une danseuse habite la structure. Son corps sentant anime le dispositif, il est ce sur quoi la musique prend appui et ce qui génère en direct les projections. L'enfermement n'est pas ici le lieu d'une lutte, qu’elle soit interne ou externe, mais ce qui permet l'expérience de la relation au dehors. Bien que restreinte à l’espace clos de la scène, Laurence Marthouret met son corps en mouvement dans une tension permanente vers ce qui l’excède. Les variations lumineuses, l'apparition et la disparition du corps jouant avec la matière des parois, la tension de la musique s'étirant dans des longues lignes abstraites font dialoguer l’unité individuelle avec un ordre cosmique. La monade de Laurence Marthouret emprunte à Leibniz la conception de la vie comme une force individuelle qui se meut et fait se succéder différents états selon des principes internes. L'unité qui se déploie est au centre des spectateurs, devant eux mais aussi entre eux, et pourtant toujours en dehors d’eux. Les forces internes s’expriment par un conjonction des sens, du tactile, du visuel et du sonore. La multiplicité n'est pas le lieu de l'éparpillement ou de la confrontation mais au contraire l'affirmation d'une continuité autant physique que métaphysique. Les images associent la vitalité des couleurs et le symbolisme des éléments naturels, mais c'est surtout la présence tactile du corps qui plonge le spectateur dans l’expérience contradictoire d’un voisinage étonnamment distant. L’interprète est là sans que l’on puisse saisir son visage. Elle se dérobe en rendant visible et audible d’autres formes, déployant différents registres de la rencontre. L’individualité se retranche, l’image-corps s’efface pour amener l’imaginaire vers des états d’un corps en mouvement dont l’énergie libérée est la seule visibilité.

Mathilde Roman

Critique d’art

LIENS VIDEOS

monade-trailer-final

monade-full







Extranet artiste Dernière mise à jour le 25/04/2014

CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019