CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2019
« Retour page précédente

L'ARBRE DES SONGES

L'arbre des songes de Henri DUTILLEUX

Année de composition : 1985

Formation :

Pour orchestre

Contexte CIRM


Notice :

Cette œuvre, écrite à l’intention du violoniste Isaac Stern à qui elle est dédiée est le résultat d’une commande de Radio France. La première audition mondiale eut lieu le 5 novembre 1985 à Paris avec l’Orchestre National de France sous la direction de Lorin Maazel, et la première aux Etats-Unis le 25 mars 1986, à New-York, avec l’Orchestre Symphonique de Montréal sous la direction de Charles Dutoit ;

Pendant la période d’exclusivité de 3 ans réservée à Isaac Stern, et par la suite, le grand virtuose interprétat l’œuvre dans de nombreux centres et avec les plus importants orchestres internationaux : Boston, Montréal, Genève, Lausanne, Paris, Londres, Birmingham, Stockholm, San Francisco, Baltimore…

Depuis, l’œuvre a été reprise par Pierre Amoyal (Berlin, Helsinki, Zürich, Bruxelles, Beyrouth, Cologne, Toulouse, Nice…) par Devy Erlih (Osaka, Tokyo, Paris), par Dimitri Sitkovetzky (Edimburg) par Isabelle Van Kenken et Olivier Charlier qui l’ont enregistré en CD et interprétée dans de très nombreux pays ; la maturation en fut longue, avant sa première audition à Paris (Théâtre des Champs-Elysées) le 05 novembre 1985 par les dédicataires – Stern et l’Orchestre National de France -, sous la direction de Lorin Maazel : triomphe absolu. Le plus récent exégète de Dutilleux note que le musicien avait pensé appeler ce concerto « l’Arbre des songes » : il y aurait renoncé, jugeant le titre « trop poétique ». Mais nullement ambitieux, ni détourné du sens profond comme de la structure de l’œuvre, extraordinaire ramification de motifs sans cesse revivifiés par une sève invisible.

On citera de nouveau le compositeur précisant que le soliste se mêle intimement « à son environnement orchestral, une même puisation devant animer l’un et l’autre ». De même Dutilleux a t-il indiqué qu’un contour mélodique parcourt l’ensemble de la partition, sorte de noyau central de la partie soliste ». Ce « noyau central » justifie certainement l’exécution d’un seul tenant d’une œuvre comportant quatre mouvements reliés par de courts interludes propres à en cimenter l’unité.

F.R.T





Extranet artiste Dernière mise à jour le 01/03/2019

CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019