CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2019
« Retour page précédente

SIX MELODIES

Six Melodies de John CAGE

Année de composition : 1950

Formation :

Pour violon et piano

Contexte CIRM

  • Programmée dans le cadre du Festival MANCA 2000 "Portraits croisés", lundi 6 novembre 20h30 par Martine Joste et Ami Flammer.

Notice :

Composées aussitôt après le Quatuor à cordes, œuvre célèbre pour son statisme « élizabéthain » (qu’accentuait l’absence de tout vibrato), les Mélodies pour violon et piano en sont, d’après Cage lui-même, le « post-scriptum » (lettre à Pierre Boulez du 22 mai 1951). C’est ce que confirme la partition : le matériau – 33 éléments immuables, sons isolés ou « blocs » sonores massifs – est le même que dans le Quatuor (seule diffère la répartition des timbres), et l’utilisation qui en est faite obéit à la même exigence « minimalisante », l’auteur ayant à cœur de neutraliser la part habituellement dévolue à l’harmonie dans la conduite des voix, c’est à dire l’inféodation du discours sonore à quelque hiérarchie interne que ce soit. Aux relations harmoniques, traditionnellement porteuses de tension et de détente, donc de mouvement, se substitue donc un hiératisme radical, chaque sonorité « comptant » en principe sur elle-même pour se faire accepter. Mais la dimension mélodique ne peut qu’en bénéficier – d’où le titre, qui affiche, si l’on peut dire, la « couleur » : les Six Melodies ne réservent nullement à l’un des instruments, par exemple le violon, l’exclusivité du « chant », le piano se contentant de l’ « accompagner » ; au contraire, chaque son est à écouter pour lui-même, son timbre et son registre exigent d’être savourés indépendamment de ce qui les entoure ; et la mobilité de l’ensemble, loin de s’annuler, se démultiplie en une stroboscopie de durées à géométrie variable. La  leçon du « piano préparé » (et de l’ « orientalisme » des Sonates et Interludes de 1949) commence à porter ses fruits : la « déconstruction » de l’harmonie peut parfaitement aiguiser notre écoute. « Il y a, disait Jean Grenier, des démissions qui ne sont des renonciations qu’en apparence et des changements de front en réalité. »

Daniel Charles





Extranet artiste Dernière mise à jour le 05/03/2019

CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019