CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2019
« Retour page précédente

TWO 6

Two 6 de John CAGE

Année de composition : 1992

Formation :

Pour violon et piano

Contexte CIRM

  • Programmée dans le cadre du Festival MANCA 2000 "Portraits croisés", lundi 6 novembre 20h30, par Martine Joste et Ami flammer.

Notice :

C’est en février 1992 que le compositeur Francis Miroglio, désireux de fêter le quatre-vingtième annivrsaire de John Cage dans le cadre des Semaines Musicales Internationales d’Orléans comme il l’avait fait en 1982 pour le soixante-dixième, demanda à Cage d’écrire une œuvre qui serait créée à cette occasion. Cage se mit immédiatement à l’ouvrage et fit de Martine Joste et Ami Flammer, dont il appréciait au plus haut point la commune rigueur, les dédicataires de TWO 6 pour violon et piano. Chacun des deux interprètes dispose d’un ensemble de time brackets couvrant  20’ et reçoit pour les remplir, deux « banques de données » bien distinctes,  à utiliser ad libitum chaque fois que se trouve écarté le recours (toujours possible) au « non-agir » du silence.

 

Pour sa part, le violoniste Ami Flammer est invité à jouer pppp, en retenant son archet jusqu’à jouxter l’inaudible, un intervalle qu’il aura lui-même déterminé à partir d’un bloc sonore tracé sur une feuille séparée : mais il peut tout aussi bien choisir d’exécuter, à la façon d’un chant orné (florid), un trait filé en sixième de ton, ce qui contrastera avec la nécessaire pesanteur d’un piano tempéré (comme le violon faisait contraste, avec les mêmes sixièmes de ton, vis-à-vis du sho dans la pièce de 1991 Two six). Quant à Martine Joste, elle bénéficie symétriquement, d’une échelle ascendante de sonorités sur laquelle il lui faudra prélever, mais imperceptiblement, quelques effleurements diaphanes, quasi célestes dans leur apériodicité ; et du même recueil de variations aléatoires sur les Vexations de Satie que celui fourni pour Four 3, L’extended lullaby. L’un et l’autre des deux interprètes sont par conséquent soumis à la double  contrainte d’avoir à « inventer » entièrement (ou presque) leur jeu et leurs parties, tout en naviguant aux frontières de l’impalpable. Comme chez Morton Feldman, comme chez Max Neuhaus, ce qui compte est de l’ordre du non-dit : l’âme « ne sait pas qu’elle compte » ; et tous les nombres sont premiers !

 

L’auditeur,  de son côté,  doit pouvoir se demander s’il a entendu quelque chose. Ou si l’on préfère, à la question rituelle  de la métaphysique occidentale « pourquoi y a t-il quelque chose plutôt que rien ? », Cage substitue celle-ci : « Y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Ce qui revient à acquiescer au sans pourquoi de Maïtre Eckhart et d’Angelus Silesius : « La rose est sans pourquoi ». Mark Swed a parlé fort justement, à propos des Number pieces, d’ une « harmonie acausale ».

 

Chaque interprète – et cela est particulièrement vrai de TWO 6 – éprouve durant  l’exécution elle-même la surprise d’une libre rencontre illuminante entre les sonorités que nulle prédestination n’a auparavant accordées. D’où une fraîcheur parfaitement inattendue, au milieu de l’extrême gravité d’un jeu de régulation des durées tendu à l’extrême, malgré sa flexibilité : chacun écoute l’autre, mais sans avoir à se réaccorder à chaque instant avec l’autre. C’est le lien – le religare, la religion – du sans-lien : l’unisson des différences.

Daniel Charles

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Times; panose-1:2 0 5 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-536870145 1107305727 0 0 415 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; mso-bidi-font-size:10.0pt; font-family:Times; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-font-family:"Times New Roman";} h5 {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-link:"Titre 5 Car"; mso-style-next:Normal; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; text-align:right; mso-pagination:widow-orphan; page-break-after:avoid; mso-outline-level:5; font-size:11.0pt; mso-bidi-font-size:10.0pt; font-family:Times; font-weight:normal; font-style:italic; mso-bidi-font-style:normal;} p.MsoBodyText, li.MsoBodyText, div.MsoBodyText {mso-style-noshow:yes; mso-style-unhide:no; mso-style-link:"Corps de texte Car"; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; text-align:justify; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; mso-bidi-font-size:10.0pt; font-family:Times; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-font-family:"Times New Roman";} span.Titre5Car {mso-style-name:"Titre 5 Car"; mso-style-unhide:no; mso-style-locked:yes; mso-style-link:"Titre 5"; mso-ansi-font-size:11.0pt; font-style:italic; mso-bidi-font-style:normal;} span.CorpsdetexteCar {mso-style-name:"Corps de texte Car"; mso-style-noshow:yes; mso-style-unhide:no; mso-style-locked:yes; mso-style-link:"Corps de texte"; mso-ansi-font-size:12.0pt;} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; font-size:10.0pt; mso-ansi-font-size:10.0pt; mso-bidi-font-size:10.0pt; font-family:Times; mso-ascii-font-family:Times; mso-hansi-font-family:Times;} @page WordSection1 {size:595.0pt 841.0pt; margin:42.55pt 2.0cm 23.5pt 2.0cm; mso-header-margin:53.85pt; mso-footer-margin:53.85pt; mso-paper-source:0;} div.WordSection1 {page:WordSection1;} -->




CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019