CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2021
MANCA
« Retour page précédente

FABULA

Fabula de Daniel D'Adamo

Année de composition : 2021

Formation :

Pour orchestre symphonique

Contexte CIRM

  • Commande CIRM  ayant obtenue l’aide à l’écriture d’œuvres musicales originales nouvelle du Ministère de la Culture  / 2019.
  • Création le 19 novembre 2021 dans le cadre des MANCA 2021, à l'Opéra de Nice, avec l'Orchestre Philharmonique de Nice

Notice :

Commande du Ministère de la Culture pour le Festival Manca - CIRM, Centre National de Création Musicale de Nice et l’Orchestre Philharmonique de Nice, France.

Le mot Fabula, d’origine latine, dérive du verbe fari qui veut dire parler ou exprimer par la parole, prend donc le sens de récit ou d’histoire racontée. En grec ancien le mot qui est le plus proche est myhtos, signifiant à la fois parole, récit, discours ou légende. Dans la construction d’une fable, la question centrale consiste à présenter comme réels, des faits imaginés par l’esprit. Cela signifie donc, l'invention systématique d'une histoire, une pure fabrication : la possibilité de produire un mensonge.

Dans la narratologie des formalistes russes du début du XXe siècle, la Fabula définit l’ordre dans lequel sont présentés les différents éléments du récit. Constituée de matériaux bruts comme des événements, des situations, des caractères, des faits, la Fabula présente des matériaux dans un ordre chronologique déterminé mais qui n’est pas nécessairement fixe ou préétabli. Elle est donc simplement une suite chronologique d'événements manipulés pour former un sujet, une intrigue, une dramaturgie. La Fabula est alors « la mise en forme dynamique comme force du discours narratif (1)».

(1) Brooks, Peter. Reading for the Plot : Design & Intention in Narrative. New York : Harvard University Press, 1992.

Daniel D’Adamo





Commissioned by the French Ministry of Culture for the Manca Festival - CIRM-CNCM of Nice and the Nice Philharmonic Orchestra, France .   
The word Fabula, of Latin origin, comes from the verb fari which means “to speak” or to express something verbally. It has therefore come to mean “story” or a told story. The closest equivalent in ancient Greek is mythos, which simultaneously means “word,” “story,” “speech” or “legend.” The central question in creating a fable, is the presentation of acts imagined by the mind as real. It therefore implies the systematic invention of a story, a pure fabrication—the possibility of producing a lie.

In the narratology of early twentieth-century Russian formalists, “Fabula” referred to the order in which the various elements of the narrative are presented. Consisting of raw materials such as events, situations, characters, and facts, the Fabula presents materials in a certain chronological order but which is not necessarily fixed or pre-established. It is simply a chronological sequence of events arranged to form a subject, a plot, a dramaturgy. In this sense, Fabula is “the dynamic shaping force of the narrative discourse.” 1

1 Brooks, Peter. Reading for the Plot: Design and Intention in Narrative. New York: Harvard University Press, 1992.

Daniel





Extranet artiste Dernière mise à jour le 25/06/2021

CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019