CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2019
« Retour page précédente

KONX-OM-PAX

Konx-Om-Pax de Giacinto SCELSI

Année de composition : 1969
Durée : 18.00 minutes

Formation :

Pour choeur mixte et grand orchestre bois

Contexte CIRM


Notice :

Konx-Om-Pax, composé en 1968-69, mobilise un très grand orchestre avec cordes au complet et orgue, où ne manquent que des flûtes. Le chœur n’intervient que dans le dernier des trois mouvements. Les trois paroles du titre veulent dire Pais, respectivement en vieil assyrien, en sanscrit et en latin, et le « programme » de l’œuvre est, selon Scelsi, « trois aspects du Son : comme premier mouvement de l’immuable ; comme force créatrice ; comme la syllabe « Om » (la syllabe sacrée des Bouddhistes) ».
Ce qui frappe d’emblée par rapport aux œuvres d’orchestre plus anciennes de Scelsi, c’est l’extension du paramètre harmonique, raison pour laquelle, sans aucun doute, le compositeur a ici réuni les cordes au complet, toujours écrites en parties réelles. Il s’affirme ici un harmoniste du génie, et invente des complexes sonores d’une beauté et d’une force expressive qui coupent le souffle. L’œuvre rayonne véritablement d’une chaleur sainte. Deux mouvement modérés, amplement développés, entourent un morceau central très court mais très puissant, sorte de violente explosion de force.
Le premier mouvement, sur le son principal Ut, édifie des complexes harmoniques en éventail autour de l’axe de l’Ut central, traité comme une pédale intérieure. Ces accords respectent tout d’abord la plus stricte symétrie dans la réputation de leurs intervalles, et ce n’est qu’avec l’ajout d’agrégats de quarts de ton que cette symétrie est abandonnée à partir du sixième complexe. A l’issue d’une graduelle densification harmonique, la musique atteint à son sommet dynamique en un gigantesque unisson sur l’Ut d’origine, soigneusement et richement élaboré en tous ses paramètres. Une fois encore, de complexes harmonies se tendent, avec même des glissandi, puis le morceau s’éteint doucement.
Le très bref deuxième mouvement (une minute et demie à peine !) veut représenter la force créatrice, et le fait au moyen d’un tourbillon sonore d’une puissance écrasante, emportant tout sur son passage. Le son principal Fa se trouve dans une certaine mesure enfoncé et englouti par la densité des évènements harmoniques, par les glissandi et les gammes chromatiques, mais il survit à ce séisme sonore et revient à la surface pour finir.
Dans le dernier mouvement, le plus grandiose, sur le son principal La, le chœur fait son entrée, répétant sans cesse la seule syllabe sacrée « Om ». Il est impossible de décrire avec des mots comment, par l’effet de cette syllabe, l’univers entier se met graduellement à résonner et à vibrer. Scelsi excelle mieux que tout autre à libérer toute l’énergie qui se cache au plus intime du Son, et sans doute nulle part avec une puissance élémentaire plus grande que précisément ici. Nous touchons là à des forces secrètes de l’univers qui peuvent mener aussi bien à la transfiguration qu’à la destruction. Mais heureusement « Om » signifie Paix. C’est là une musique du dépassement de soi-même et de l’union de l’homme avec le cosmos. Elle ne peut donc rayonner qu’une force positive, comme tout grand art depuis le début de l’humanité, et nous accomplir dans l’Unité avec Dieu.

Harry Halbreich (AION – PFHAT – KONX-OM-PAX)




CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019