CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2018

Les dernières actualités du CIRM

« Retour page précédente

Actualité du Dimanche 07 Novembre 2004 à 20h30

CONCERT MANCA 2004 - EOC / Festival Philharmonic

Dimanche 7 novembre 

Opéra de Nice

 

Ensemble Orchestral Contemporain
Festival Philharmonic

Direction, Daniel Kawka
Soprano,
Brigitte Peyré

Pierre Boulez "Pli selon pli" (1957-1989)
Pour Orchestre et soprano 67’


Fin du concert : 19h00


Troisième grande œuvre du répertoire récent (après Stockhausen et Berio), Pli selon pli de Boulez. On sait à quel point Boulez a été durablement influencé par la poésie de Mallarmé qui l’a accompagné toute sa vie. Fasciné par le poème Un coup de dés, c’est ce dernier qui influencera directement la construction de l’œuvre (ainsi que celle de la troisième sonate pour piano). Work in progress, pli selon pli est présenté ici dans sa dernière version (1989) et, tout comme Trans sera donné pour la première fois à Nice.

En partenariat avec l’Opéra de Nice
Coproduction CIRM – EOC/Festival Philharmonic
Avec le soutien de l'ONDA

 



ENSEMBLE ORCHESTRAL CONTEMPORAIN
L’Ensemble Orchestral Contemporain crée en 1990, dirigé par Daniel Kawka, est une formation modulable constituée d’une quinzaine de musiciens. Depuis quelques années, ses réalisations en pérennisent le projet artistique : projet multiple et ambitieux puisqu’il s’agit de promouvoir l’expression sonore incarnée par l’instrumental pur, la mixité des sources (instrumentales et électroacoustiques), la théâtralité sous toutes ses configurations d’émission, à travers des programmations thématiques qui singularisent chaque manifestation et soulignent la valeur événementielle du concert. Cette thématique permet l’exploration transversale du répertoire, confrontant des œuvres considérées comme des « classiques » du Xxème siècle à des œuvres récentes ou nouvelles. Cette formation s’adapte avec souplesse aux œuvres requérant une instrumentation particulière ; sa structure constitutive (cordes, bois, vents, percussions, piano), se décline aussi en formations composites, adoptant exceptionnellement la configuration d’une formation orchestrale (30 à 35 musiciens).
L’association de l’Ensemble Orchestral Contemporain avec le Grame (centre national de création musicale a pour but d’affirmer depuis 1997, en région Rhône-Alpes, la présence d’un ensemble instrumental dédié à la musique de notre temps, autour d’un projet artistique reliant activité compositionelle, interprétation et diffusion.
Source : Resmusica

FESTIVAL PHILHARMONIC
L'apparition du festival Philarmonic dans le paysage musical français n'est pas fortuite. Cet événement répond en effet aux aspirations d'une jeune génération de musiciens disponibles, ouverts et polyvalents qui se refusent à la spécialisation exclusive, celle requise par et pour un type de répertoire, pour un type de formation orchestrale standardisée, exigeant une technique de jeu spécifique. Il leur manquait un orchestre à grande géométrie, souple et modulable, à savoir un orchestre/communauté de musiciens, capable de recomposer librement, de sorte que ni l'effectif, ni les nomenclatures requises ne soient des contraintes à l'imaginaire musical ainsi qu'à la conception de programmes et de projets artistiques originaux. Son mode de fonctionnement très particulier, la compétence, la jeunesse des membres qui le composent, en font une formation unique en France.
Le Festival Philarmonic peut ainsi offrir l'opportunité à de nombreux jeunes musiciens primés et diplômés, de mener en région Rhône-Alpes, une activité artistique régulière, d'embrasser un vaste répertoire symphonique, d’accompagner les chœurs régionaux ou de grands solistes, tout en participant développement de l'orchestre dans ses missions de diffusions et d'actions pédagogiques, en se formant enfin à la pratique exigeante et quotidienne de musicien d'orchestre appartenant à une grande formation instrumentale.
Outil de création, de diffusion, le festival Philarmonic, orchestre de nouvelle génération tend à dépasser le schéma conventionnel du concert classique hérité du XIX°s, pour inventer de nouvelles formes de concerts et de représentations plus festives et imaginatives.

Daniel KAWKA
Actuel directeur musical de l’Ensemble Orchestral Contemporain, Daniel Kawka mène aujourd’hui une carrière internationale. Ardent interprète de la musique du Xxème siècle, il s’est distingué dans des enregistrements discographiques consacrés respectivement aux classiques du Xxème siècle et à la jeune création. Maîtrisant un vaste répertoire, il dirige régulièrement des formations telles que l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre Symphonique del Valles de Barcelone, Sinfonia Varsovia ou encore l’Orchestre National de la radio polonaise, l’Orchestre Philharmonique de Radio-France, pour ne citer que ses plus récentes collaborations. A la tête de son Orchestre, l’EOC, Daniel Kawka parcourt les musiques de notre temps, s’adonnant à la création d’ouvrages ambitieux, associant selon le cas , chorégraphie, mise en scène ou théâtre.
Directeur musical de la session de composition de Royaumont en 1996, ses nombreuses rencontres l’ont conduit depuis à diriger à Porto, Milan, Genève, Cologne ou en Thessalonique ( il y représente la France dans le cadre des rencontres ICMC).
Sa pratique des chœurs ( d’opéra, d’oratorio ou de chambre) et sa passion pour la voix lui ouvre naturellement le répertoire d’opéra contemporain, avec la création à l’Opéra de Lyon des Exercices de conversation de J.Evangelista (mars 1999, repris en tournée en mai 2000) et de plusieurs projets de création tant en France qu’en Allemagne.
Parmi ses œuvres de prédilection, possédant actuellement un répertoire d’une vingtaine d’ouvrages, il voue une passion profonde pour l’opéra français et la dramaturgie wagnerienne.
Source : Resmusica

Brigitte PEYRE, Soprano
Médaille d'or de chant du Conservatoire de Bordeaux (classe de MoniqueDepondeau et André Dra), Brigitte Peyré poursuit ses études au CNIPAL de Marseille (classe d'Andréa Guiot et Marie-Thérèse Cahn) et sa formation auprès de Jean-Christophe Benoit, Dalton Baldwin, Claude Thiolas (Italie), et actuellement à Londres avec Winifried Ramsay.
Elle participe au concours des Voix d'Or EN 1987, Où elle remporte le premier prix de mélodie, à l'issue duquel elle enregistre l'émission de Jacques Bourgeois "Jeunes Chanteurs de Demain" sur France Musique. Sous la direction de chefs comme Manuel Rosental, Patrick Fournillier, Ed Spanjaard, Lorraine Vaillancourt, Joël Suhubiette, Michel Piquemal, Pierre Cao, elle s'illustre dans des répertoires allant des "Noces de Figaro", "l'Enfant des Sortilèges", "Didon et Enée", "Noces"...à l'opéra de Tom Johnson "200 ans" crée au Festival d'Avignon et Radio-France Montpellier ou encore le répertoire d'oratorio avec "Le Messie" Haendel, "Petite Messe Solennelle" de Rossini, "Magnificat" Bach, "IXème symphonie" Beethoven...
En 1992, elle crée sa propre compagnie lyrique avec la mezzo-soprano Muriel Sommeria à l'origine des spectacles "Romances", "Prendre Corps" et "Ibériades".
Invitée régulièrement par des ensembles vocaux spécialisés dans la musique du 20ème tels que Musicatreize (Roland Hayrabedian), Les Jeunes Solistes (Rachid Safir), ainsi qu'à La Casa Velazquez de Madrid et l'Abbaye de Royaumont pour des créations des compositeurs résidents, elle aborde également le répertoire baroque avec, entre autres, l'ensemble Arabesco Stravagante (Vincent Aguettant) dans un spectacle scénographié "Une Fête à Venise", créé au Carnaval de Venise (février 1998), et enregistré pour la firme Deutsche Harmonia Mundi-BMG.
A l'automne 1998, elle participe à la création mondiale d'un opéra de Donati "Alfred, Alfred" au Festival Musica de Strasbourg, théâtre des Amandiers de Nanterre et en tournée en février 2000 aux Pays-Bas.
Elle collabore avec diverses formations instrumentales telles que l'Ensemble Télémarque dirigé par Raoul Lay ("Si noire est la nuit, spectacle conçu autour de "l'Opéra de quat'sous" de Kurt Weilln "Pierrot Lunaire" de Schoenberg à l'Opéra de Marseille...), l'Ensemble Court-Circuit avec lequel elle crée le 19 janvier 2002 à Radio-France l'oeuvre de Xu Yi "Dialogue d'amour", pour soprano solo, choeur d'enfants et 13 instruments (direction Daniel Kawka).
Elle s'illustre également au sein de la compagnie Deus ex machina dans "Elixiropéra" crée en novembre 1998, "Le couronnement de Popée" de Monteverdi (rôle titre) en mars 2001 au Théâtre du Gyptis (Marseille) ainsi que dans les "Madrigaux guerriers et amoureux" de Monteverdi au festival Mars en Baroque de Marseille.
De nombreux festival l'acceuillent pour des récitals : Itinéraires de Musique et d'Histoire de la Marne et Institut de France ("Quatre derniers lieder" Strauss), Colla Voce de Poitiers ("Poèmes pour Mi" Messiaen), Festival Côté Cour d'Aix en Provence (récital de voyage) Théâtre dans la ville de Boulogne-Billancourt (selon proustien)...

Pierre BOULEZ (Montbrison, 1925)
Après des études en classe de mathématiques spéciales, Pierre Boulez se tourne vers la musique en 1942 et s'installe à Paris où il est admis, deux ans plus tard, dans la classe d'harmonie d'Olivier Messiaen au Conservatoire de Paris. Andrée Vaurabourg lui enseigne ensuite le contrepoint, Olivier Messiaen la composition et René Leibowitz la technique dodécaphonique. En 1946, nommé directeur de la musique de scène de la Compagnie Renaud-Barrault, il compose la Sonatine pour flûte et piano, la Première sonate pour piano et la première version du Visage nuptial pour soprano, alto et orchestre de chambre, sur des poèmes de René Char. Dès lors, sa carrière de compositeur s'affirme. En 1953 naissent les Concerts du Petit Marigny qui prennent l'année suivante le nom de Domaine Musical, dont il assurera la direction jusqu'en 1967. En 1966, sur l'invitation de Wieland Wagner, il dirige Parsifal à Bayreuth, puis Tristan et Isolde au Japon. En 1969, Pierre Boulez dirige pour la première fois l'Orchestre philharmonique de New York, dont il prend la direction de 1971 à 1977, succédant à Léonard Bernstein. Parallèlement, il est nommé chef permanent du BBC Symphony Orchestra à Londres, fonction qu'il assume de 1971 à 1975. A la demande du président George Pompidou, Pierre Boulez accepte de fonder et de diriger l'lnstitut de recherche et coordination acoustique/musique (Ircam), qui ouvre ses portes à l'automne 1977.
En 1975, Michel Guy, secrétaire d'Etat aux Affaires culturelles, annonce la création de l'Ensemble Intercontemporain (EIC), dont la présidence est confiée à Pierre Boulez.
En 1976, il est invité à Bayreuth pour diriger la Tétralogie de Wagner, dans une mise en scène de Patrice Chéreau, pour la célébration du centenaire du «Ring». Cinq années de suite, il dirige cette production, qui est ensuite enregistrée sur disque et en cassette vidéo.
Nommé en 1976 professeur au Collège de France, il est également l'auteur de nombreux écrits sur la musique.
En 1979, il dirige la première mondiale de la version intégrale de Lulu d'Alban Berg à l'Opéra de Paris. Parallèlement, Pierre Boulez s'associe à d'autres projets importants pour la diffusion de la musique, telles les créations de l'Opéra de la Bastille et de la Cité de la musique à la Villette. En 1988, il réalise une série de six émissions télévisées : «Boulez XXe siècle». Dans le cadre du festival d'Avignon, il dirige Répons, à la carrière Boulbon et est le compositeur invité du centre Acanthes, à Villeneuve-lès-Avignon, où il donne une série de cours de direction d'orchestre.
En 1992, Pierre Boulez décide de quitter la direction de l'Ircam pour se consacrer à la direction d'orchestre et à la composition. Il signe un contrat d'exclusivité avec Deutsche Grammophon et continue son imposante discographie avec les plus grands orchestres.
En août de la même année, le festival de Salzbourg lui consacre une programmation exhaustive consistant en concerts avec l'Ensemble Intercontemporain et l'Ircam, et avec des formations symphoniques.
Invité régulièrement aux festivals de Salzbourg, de Berlin et d'Edimbourg, l'année de son soixante-dixième anniversaire est marquée par un cycle de concerts pour l'inauguration de la Cité de la musique à la Villette, une grande tournée mondiale avec le London Symphony Orchestra (Londres, Paris, New York, Tokyo), une série de concerts au Japon avec quatre orchestres différents et la production de Moïse et Aaron à l'Opéra d'Amsterdam, dans une mise en scène signée Peter Stein.
Ses principales oeuvres réalisées à l'Ircam sont Répons (1981-1988), pour six solistes, ensemble et ordinateur, créée dans sa version finale lors du festival d'Avignon en 1988 ; Dialogue de l’ombre double (1985), pour clarinette, bande et dispositif de spatialisation et …Explosante-fixe… pour flûtes, ensemble et ordinateur (1991-1995).
Partie, dès 1945, de la contestation du milieu musical français et de la découverte de la discipline sérielle, son action dessine aujourd'hui les contours d'un ambitieux projet.
Tout à la fois compositeur, analyste, chef d'orchestre, pédagogue et animateur, Pierre Boulez, soucieux de pérenniser sa démarche créatrice, a créé les institutions capables d'apporter des solutions durables aux problèmes majeurs que la musique contemporaine doit résoudre : celui de sa diffusion, d'abord, et de l'indispensable évolution de ses rapports avec le public ; celui, ensuite, des moyens technologiques nécessaires à l'invention musicale.
Source : Ircam


"Pli selon pli"
Portrait de Mallarmé pour soprano et orchestre (1957-1962/1984/1989)
La carrière de compositeur de Pierre Boulez comprend un petit nombre de partitions sans cesse remises en chantier, comme s’il était guidé par la volonté de transmettre une œuvre parfaite. La composition de Pli selon pli, commencée en 1957, s’est construite pièce après pièce et a connu de multiples révisions. Du reste il est assez rare qu’une pièce de musique contemporaine soit enregistrée trois fois, mais Pierre Boulez persiste et signe une troisième version de ce qui reste une œuvre contrastée et parfois même contestée. Ainsi cette nouvelle version de Pli selon pli, est encore différente de celle enregistrée en 1969 ou 1981. La première partie, Don, a été revue en 1982 et la troisième improvisation a été remaniée en 1989. Le titre Pli selon pli peut s’interpréter à tous les niveaux de l’œuvre. C’est à la fois un portrait par touche, par Plis de Mallarmé et un portrait du compositeur lui-même. Chacune des cinq pièces composant l’œuvre est construite à partir d’un poème de Mallarmé. Ces poèmes sont présentés en suivant un ordre chronologique.

Mouvements :
1. Don
2. Improvisation I sur Mallarmé Le vierge, le vivace, et le bel aujourd’hui
3. Improvisation II sur Mallarmé Une dentelle s’abolit
4. Improvisation III sur Mallarmé A la nue accablante tu
5. Tombeau
Source : Pierre Breiner/ Christine Schaefer

Programme rédigé et imprimé en novembre 2004

CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019