CIRM : Centre National de Création Musicale UCA
Manca 2018

Les dernières actualités du CIRM

« Retour page précédente

Actualité du Vendredi 10 Novembre 2006 à 20h30

MANCA 2006 - Ouverture sur la danse

Vendredi 10 novembre 2006
Théâtre de Grasse

OUVERTURE SUR LA DANSE

LA COMPAGNIE DE SUSAN BUIRGE

     Susan BUIRGE chorégraphie – Jonathan HARVEY musique


 
"A l’abri des vents"       
Musique d’après le "Stabat Mater" de Palestrina.
Interprétation préenregistrée : les jeunes solistes, direction Rachid Safir
Commande du Ministère de la culture et de la Communication pour la Fondation Royaumont
et les jeunes solistes.                                     
Danseurs : Michel Barthôme, Sylvie Berthomé,Thierry Lafont, Young-ho Nam.                                    
25’

Entracte
 
"At a Cloud Gathering"     
Musique pour percussion et bande électronique enregistrée
Percussionniste : Jean-Paul Bernard
Danseurs : Michel Barthôme, Sylvie Berthomé, Thierry Lafont, Young-ho Nam, Nicole Piazzon, Régis Rasmus.  
Production CIRM
30’

Gilbert Nouno, réalisation informatique musicale
Laurence Bruley, scénographie et costumes
Stéfan Mckenzie Main, régie lumière et régie générale
Eric Capuano, régie plateau
Vanessa Court, régie son

Technique CIRM

Une production de la Fondation Royaumont en coproduction avec L’apostrophe-Scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise, le GRAME-Centre national de création musicale de Lyon, la Maison de la Culture d’Amiens, le CIRM-Centre national de création musicale de Nice.
Avec l’aide de l’ambassade de France en Inde et du British Council de New-Delhi.
Remerciements au Toboggan-scène conventionnée de Décines et de Système Castafiore.
Avec le soutien à la diffusion d’ARCADI (Action régionale pour la création artistique et la diffusion en Ile-de-France).
 

Fin du spectacle : 22h00

Un voyage au nord de l’Inde à la découverte de danses et de musiques traditionnelles, un voyage dans le temps avec une réinterprétation du « Stabat Mater » de Palestrina à l’aide d’un dispositif technologique : tels sont quelques-uns des points de départ de ce spectacle dont le CIRM est coproducteur et dont la partie électronique a été réalisée dans ses studios. Jonathan Harvey et Susan Buirge sont deux créateurs majeurs de notre temps, leur parcours est marqué par cette double ouverture curieuse et constante sur les cultures du monde d’une part, et sur l’histoire de leur art d’autre part. Ainsi, Jonathan Harvey travaille actuellement à un opéra sur des thèmes bouddhistes, reprenant une idée esquissée par… Richard Wagner à la fin de sa vie.



La compagnie de Susan Buirge
La compagnie de Susan Buirge est en résidence permanente à la fondation Royaumont dans le cadre du centre de recherche et de composition chorégraphiques qui bénéficie du soutien du ministère de la Culture et de la Communication/Drac Ile-de-France, du conseil général du Val d’Oise et de la région Ile-de-France.

Susan Buirge,
chorégraphe
Susan Buirge danse depuis son enfance. Elle découvre la danse moderne lors de ses études à l’université du Minnesota, puis elle étudie à la Juilliard School, à New York. Elle danse dans l’Alwin Nikolais Dance Theatre de 1963 à 1967. Dès 1967, elle poursuit sa propre voie et oriente son travail vers l’épure, les processus répétitifs et diversifie ses explorations. En 1970, elle s’installe en France où elle développe une grande partie de son œuvre, dont Parcelle de Ciel (1985) qui scelle sa notoriété. Conceptuelle, elle rejoint les courants minimalistes abstraits tout en défendant une danse sensuelle. En 1989, elle voyage pour se nourrir d’autres traditions (Ethiopie, Grèce, Syrie, Japon, Taiwan et Inde). Première chorégraphe résidente de la Villa Kujoyama de Kyoto (1992), elle trouve au Japon une terre propice à ses recherches sur les relations entre art traditionnel et art contemporain, notamment pour Le Cycle des Saisons (1994-1998), œuvre magistrale en quatre parties pour sept danseurs contemporains japonais et un ensemble de musiciens de gagaku. Elle refonde en France une compagnie pour laquelle elle chorégraphie Le jour d’avant (1999), puis Le jour d’après (2000), L’œil de la forêt (2002), Soli (dont 3 reprises, 2005), A l’abri des vents et At a Cloud Gathering (2006).
Ses carnets de notes ont été publiés aux Editions Le bois d’Orion : En allant de l'ouest à l'est (1996), Dans l'espace des saisons (1998) et L’œil de la forêt (2002). Susan Buirge a toujours entretenu une étroite relation avec la musique contemporaine.
Son ami Philip Glass lui offre une musique pour En allant de l’ouest à l’est (1976). Puis elle commande des musiques à Ragnar Grippe pour Lapse (1978), Restes (1979), Tamis (1980) et Des Sites (1983) ; à Jean-Yves Bosseur pour Charge Alaire (1982, présenté à l’aérodrome d’Aix-Les milles) ; à Luc Ferrari pour Les yeux de Mathieu (1984, un film pour La Sept) ; à Steve Lacy et son sextette pour Artémis (1988, Grande Halle de la Villette) ; à Marian S. Kouzan pour Grand Exil (1990) ; à Patrick Marcland pour Le jour d’avant (1999) et Le jour d’après (2000) et à Jean-François Laporte (L’œil de la forêt, 2002). Elle a en outre collaboré avec Tomihisa Hida à une adaptation de musique de gagaku pour les quatre pièces du Cycle des saisons (1994 à 1998).

Jonathan Harvey
, compositeur (Warwickshire – Angleterre, 1939)   
Jonathan Harvey est choriste au Collège Saint Michel de Tenbury, entre 1948 et 1952, puis à Repton de 1952 à 1957. Il poursuit ensuite ses études au College Saint John de Cambridge. Sur le conseil de Benjamin Britten, il prend également des cours particuliers avec Erwin Stein et Hans Keller pour la composition. Sa rencontre avec Milton Babbitt, à la fin des années soixante, l’influence fortement. Invité par Pierre Boulez à l’Ircam au début des années 1980, il y réalise sept œuvres : Mortuos plango, vivos voco et Ritual melodies pour bande, Advaya pour violoncelle et électronique, Bhakti pour ensemble et électronique, Quatrieme Quatuor, Mythic Figures et l'opera Wagner Dream. Son catalogue comprend des opéras, des pièces pour orchestre, de musique de chambre et pour instruments solistes ; son expérience de choriste l’amène à écrire de nombreuses œuvres chorales, dont Passion and Resurrection (1981) ou Mothers shall not cry (2000). Il reçoit aujourd’hui des commandes de grandes structures internationales ; ses œuvres sont jouées par de nombreux ensembles (Ensemble Moderne, Ensemble Intercontemporain, Ensemble Ictus…). Sa discographie contient environ 60 opus. Il a enseigné pendant dix-huit ans à l’Université de Sussex, où il est maintenant professeur de musique honoraire. Jonathan Harvey est en résidence pour trois ans (2005-2007) au BBC Symphony Orchestra de Glasgow. En 2005, il travaille dans les studios de l'Ircam à la réalisation d'une pièce pour orchestre et électronique live pour le BBC Symphony Orchestra de Glasgow et à celle d'un opéra pour De Nederlandse Opera à Amsterdam dont les créations sont prévues pour 2007.

Jean-Paul Bernard,
percussionniste (Toulon, 1957)
Jean-Paul BERNARD entre dans la classe de Georges Van GUCHT au conservatoire de Toulon et y obtient en 1985 un premier prix de percussion et un premier prix de Musique de Chambre.
Il élargit sa formation musicale en travaillant d’autres disciplines instrumentales (trompette) pour compléter sa formation musicale.
Il participe à des master-classes de batterie/jazz avec Daniel Humair.
Soliste aux Percussions de Strasbourg depuis 1986, il  crée les œuvres majeures du répertoire du groupe ainsi que les enregistrements.
Depuis 1998 il est le directeur artistique de l’ensemble
Il s’initie aux percussions digitales iraniennes en travaillant le Zarb avec le maître Djamchid  Chémirani de 1990 à 1994.
Professeur à l’école des Percussions de Strasbourg  de 1986 à 1994, il continue d’animer des stages et des ateliers  notamment  Percustra.
Professeur au CFMI de Sélestat de 1989 à 1996. Il a aussi animé des stages de percussion mis en parallèle avec les performances de danseurs et de plasticiens.
Il a participé  à  différents ensembles et orchestres, notamment l’ensemble Musica 13 de 1985 à 1996.
Il a participé à l’élaboration de projets musicaux, notamment au festival de Dresde.
Il est aussi membre de jurys  nationaux et internationaux.
Gilbert Nouno compositeur et musicien
De formation classique, Gilbert Nouno s'intéresse très tôt au jazz et aux musiques improvisées. Après des études scientifiques, il entre à l'Ircam où il obtient un D.E.A en acoustique, traitement du signal et informatique appliqués à la musique. Il collabore avec plusieurs compositeurs à la création d'œuvres intégrant informatique musicale et nouvelles technologies. Il a travaillé avec Michael Obst, Kaija Saariaho, Jose-Luis Campana, Philippe Schoeller, Michael Jarrell, Sandeep Bhagwati, Marc Monnet, Brian Ferneyhough, Jonathan Harvey, Joëlle Léandre et avec le saxophoniste Steve Coleman.

Les danseurs de la compagnie de Susan Buirge
Michel Barthôme
Michel Barthôme commence son apprentissage de la danse à Toulouse et se perfectionne à Paris. Au début des années 1980, il intègre la compagnie de Quentin Rouillier. Puis il danse pour les chorégraphes Charles Cré-Ange, Michel Kéléménis, Angelin Prejlocaj, Maïté Fossen, Stéphanie Aubin, Marceline Lartigue. Fidèle danseur de Susan Buirge depuis de longues années, il a participé à Parcelle de ciel (1986), la trilogie Artemis (1986-1988), Le jour d’avant (1999), Le jour d’après (2000), Sas (2002, reprise 1993), L’œil de la forêt (2002) et En dessous (2005). Il intervient en outre dans le cadre de l’Abbaye aux enfants, à Royaumont.

Sylvie Berthomé
Sylvie Berthomé se forme à la danse contemporaine auprès de Christine Gérard, tout en faisant des études universitaires en droit et sociologie. Elle complète sa formation à l’université Paris Sorbonne et auprès d’Odile Roquet (en kinésiologie), Ruth Barnes, Sophie Lessard et Didier Silhol. Elle travaille avec Robert Kovitch et Karin Waehner lors de formations continues au Théâtre Contemporain de la Danse. Elle suit les ateliers d’improvisation et de composition avec Susan Buirge en 1996, 1997 et 1998. Interprète pour les chorégraphes Christine Gérard, Dominique Petit, Daniel Dobbels, Véra Noltenius, Brigitte Asselineau. Elle est danseuse pour Susan Buirge depuis 2000. Elle mène également un parcours personnel de chorégraphe. Artiste-pédagogue, elle intervient notamment auprès d’étudiants en écoles d’art et dans le cadre de l’Abbaye aux enfants à Royaumont.

Thierry Lafont
Thierry Lafont est danseur, chorégraphe et pédagogue. Parallèlement à des études d’histoire de l’art, il commence la danse à Clermont-Ferrand avec Anne Depuytorac, de 1988 à 1990, puis part au Conservatoire de La Rochelle (1990-1991) où il travaille avec Colette Milner, Brigitte Asselineau et Régine Chopinot. Il obtient ensuite une bourse du ministère de la Culture pour ses études qu’il mène d’abord à Paris, où il suit des formations avec la Compagnie Anne Marie Reynaud, Karin Waehner, Christine Gérard, Paola Piccolo, Brigitte Asselineau, puis à Marseille avec Cathy Bezeix, Bertrand Papillon, Nicole Claire Perrault et Dany Brians. En 2003, il suit la formation de formateurs à la culture chorégraphique mise en place par Laurence Louppe au Cefedem-Sud d’Aubagne. Interprète pour plusieurs compagnies, il rejoint en 2001 la Compagnie de Susan Buirge après avoir suivi une formation auprès de la chorégraphe entre 1998 et 2000. Chorégraphe de la compagnie AXOTOLT, basée à Clermont-Ferrand, il a créé plus d’une dizaine de pièces dont le trio Distéso, berceuse en 2000, grâce à une bourse chorégraphique et musicale de Royaumont. Il intervient en outre dans différentes structures culturelles, scolaires ou universitaires en France et à l’étranger, et à Royaumont dans le cadre de l’Abbaye aux enfants.
 
Young-ho Nam
Young-ho Nam est danseuse et chorégraphe, originaire de Corée du Sud. Elle obtient sa licence de danse contemporaine à l’université des femmes Ewha de Séoul. En 1990, elle s’installe en France. Dès 1993, elle intègre la Compagnie Taffanel et participe à de nombreuses créations jusqu’en 1998. En parallèle, elle poursuit sa carrière en Corée du Sud dans la compagnie ZOOM, et enseigne la danse auprès d’étudiants et danseurs professionnels dans des universités coréennes, des écoles de danse, des compagnies et des festivals. En 1999, elle cofonde la compagnie Rascalou-nam ; ses créations sont présentées en France et en Corée du Sud. Elle rencontre Susan Buirge en participant à son atelier de composition chorégraphique en 1998. Elle danse dans sa compagnie depuis 2000.

Nicole Piazzon
Nicole Piazzon est interprète pour la Compagnie Antra (Sophie Lemosof) dès 1987, pour le Ballet Théâtre de la Seine et pour la Compagnie Faizal Zeghoudi, puis chorégraphie elle-même, notamment pour les enfants. En 2004-2005, elle dirige la chorégraphie de l’opéra contemporain Cuore – livret et mise en scène de Caroline Gautier, musique de Carlo Carcano – pour 40 jeunes garçons, présenté notamment à l’Opéra Bastille de Paris. En 2002, Nicole Piazzon rencontre Susan Buirge en participant aux ateliers de répertoire et d’improvisation à Royaumont. Elle est membre du Groupe de recherche 2004-2006 du CRCC et entre dans la compagnie de Susan Buirge en 2005 avec la reprise du solo En allant de l’ouest à l’est.

Régis Rasmus
Régis Rasmus s’est formé auprès de Cesc Gelabert, Alwin Nikolais et Murray Louis, Odile Duboc, Myriam Berns… Lauréat du concours « Passeport pour la danse » à Salon de Provence, il danse sous la direction de Marie-Hélène Desmaris, Annie Delichères ou encore Philippe Découflé pour la clôture des Jeux olympiques en 1992. Il crée la compagnie ADAM en 1996 et chorégraphie son premier solo Voilà pourquoi. Puis il collabore avec des danseurs/chorégraphes telles que Fannette Chauvy ou Stephanie Roussel. En janvier 2002, il se tourne vers de nouveaux partenaires et propose Trace 421 ou quatre secousses imaginaires, pièce pour deux danseurs, un musicien et un comédien clown. Il participe à plusieurs manifestations dont la Biennale de la danse en 1998, 2000, 2002 et 2004. Membre du Groupe de recherche 2004-2006 du CRCC, il participe à la pièce En dessous de Susan Buirge pour l’inauguration de la Bibliothèque de l’Imec à l’abbaye d’Ardenne en janvier 2005.

A l’abri des vents
Chorégraphie : Susan Buirge
Musique : Jonathan Harvey d’après le Stabat Mater de Palestrina.
Interprétation préenregistrée : les jeunes solistes, direction Rachid Safir
Commande du Ministère de la culture et de la Communication pour la Fondation Royaumont et les jeunes solistes.                                     
Danseurs : Michel Barthôme, Sylvie Berthomé,Thierry Lafont, Young-ho Nam.    
                         
Le point de départ pour Jonathan Harvey, en lien avec Rachid Safir, directeur de l’ensemble les jeunes solistes, était de revisiter le Stabat Mater de Palestrina par un traitement informatique permettant d’en travailler la matière, de modifier son architecture, et de recréer, quel que soit le lieu de diffusion de la pièce, une acoustique réverbérante basée sur un dispositif de spatialisation. Avec la complicité de Gilbert Nouno, assistant musical, Jonathan Harvey a ainsi puisé dans cette œuvre du XVIe siècle de 8 minutes pour aboutir à une pièce multidimensionnelle d’environ 15 minutes, enregistrée par les jeunes solistes pour sa diffusion en spectacle ; les 8 premières minutes de celui-ci étant composées de silence et de sons sporadiques. Cette idée de partir d’une source ancienne pour composer une œuvre nouvelle, vocale de surcroît, a séduit Susan Buirge. La chorégraphe est en effet fascinée par ce qui est enfoui, enterré ; les tertres de l’Amérique du Nord, du Japon et dernièrement ceux de la Chine et de la Corée. La pièce est pour quatre danseurs avec lesquels elle travaille en confiance depuis de nombreuses années.

At a Cloud Gathering     
Chorégraphie : Susan Buirge
Musique pour percussion et bande électronique enregistrée : Jonathan Harvey
Percussionniste : Jean-Paul Bernard
Production CIRM
Danseurs : Michel Barthôme, Sylvie Berthomé, Thierry Lafont, Young-ho Nam, Nicole Piazzon, Régis Rasmus. 

Pour cette pièce, Susan Buirge et Jonathan Harvey ont choisi de travailler « à  partir de zéro » ; de poser la danse et la musique sur un même plan. Leur point de départ fut un voyage dans une communauté tibétaine, située au nord-est de l’Inde, en février 2005, lors des fêtes de nouvel an tibétain. Dans cette vieille civilisation, l’homme est encore en relation directe avec ses traditions ; celles-ci influencent sa vie, pénètrent ses pratiques. A travers ce voyage, la chorégraphe et le compositeur ont approché cette culture, non pour la décrire ensuite, mais pour se laisser porter par ces courants souterrains et ainsi irriguer le ferment de l’œuvre en devenir. Sans référence directe à la culture tibétaine, leur œuvre est subtilement imprégnée de cette expérience commune. La pièce est pour sept interprètes : six danseurs de la compagnie de Susan Buirge et le percussionniste Jean-Paul Bernard. La musique est diffusée avec transformation électronique du son et spatialisation. Pour la composition musicale de cette pièce comme pour A l’abri des vents, Jonathan Harvey a été assisté par Gilbert Nouno, musicien spécialiste des arrangements électroniques et complice de plusieurs de ses créations depuis quelques années.

(Photo : gilles Abegg)

Programme imprimé en octobre 2006


CIRM, Centre National de Création Musicale
33 avenue Jean Médecin, 06000 Nice
04 93 88 74 68 - Fax 04 93 16 07 66
Email : info@cirm-manca.org

Enhanced by D.B.L. 2019